Le mouvement des sans-papiers s'étend en Suisse alémanique

A Berne, les sans-papiers seraient une vingtaine. Keystone

Un collectif a occupé dimanche des locaux de l'église Sainte-Marie, à Berne. Le premier en Suisse alémanique. A son tour, il demande la régularisation de tous les sans-papiers de Suisse. A La Chaux-de-Fonds, le collectif a déménagé à l'usine Novocristal, suivant ainsi la proposition de la Ville.

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2001 - 21:07

Les sans-papiers bernois entament un «combat pour des papiers légaux», ont-ils indiqué dimanche devant la presse. Ils seraient «plus de vingt». Comme à Fribourg, ils se sont installés dans les locaux de la paroisse et ils entendent y rester tant qu'une solution n'aura pas été trouvée au plan national.

Pas d'intervention policière, pour l'instant

Il s'agit tant de requérants d'asile déboutés que d'anciens saisonniers, comprenant des ressortissants bosniaques, turcs et iraniens. Des familles avec enfants se trouvent parmi eux. D'autres sans-papiers sont attendus ces prochains jours.

La police a été informée de l'opération. Elle ne s'est pas montrée. Le directeur-adjoint de la police municipale et conseiller national (PS) Alexander Tschäppät ne voit pas de nécessité d'agir. Aucune demande ne lui est parvenue de la paroisse, a-t-il indiqué.

«Donner une chance»

Le président de la paroisse Felix Schoebi a quant à lui été avisé deux heures à l'avance. «Il faut donner une chance équitable aux sans-papiers», a-t-il déclaré. C'est pourquoi ils seront tolérés, du moins dans un premier temps.

Une séance extraordinaire du conseil de paroisse est prévue. Tant que les activités de l'église Sainte-Marie ne sont pas trop perturbées, il n'y pas lieu de faire appel aux forces de l'ordre, selon Felix Schoebi. Les locaux en question offrent des infrastructures pour 20 à 30 personnes.

Le comité de soutien a critiqué les autorités fédérales. Selon lui, le gouvernement considère les travailleurs sans-papiers non pas comme des êtres humains, mais comme «de la main d'œuvre bon marché qui peut être exploitée par des entrepreneurs sans scrupules». Et le problème est le même des deux côtés de la Sarine.

Déménagement à La Chaux-de-Fonds

De son côté, le collectif de La Chaux-de-Fonds a pris ses quartiers dimanche dans l'ancienne usine Novocristal. Lors d'une conférence de presse, il a jugé positivement le geste d'«hospitalité laïque» accompli par les autorités communales.

Propriété de la Ville, l'usine a été proposée vendredi aux sans-papiers comme lieu d'hébergement. Le collectif avait occupé auparavant la Maison du Peuple pendant trois semaines, avant de tenter jeudi dernier de s'installer dans les locaux de l'Ancien Stand. Mais la démarche s'est heurtée à l'opposition du tenancier. Elle a aussi provoqué une fausse alerte à la bombe.

Les 46 sans-papiers de La Chaux-de-Fonds sont installés à l'usine Novocristal pour une durée illimitée. Les prochains jours seront consacrés à l'établissement de dossiers complets pour chacun des occupants de l'usine, afin de démontrer comment s'est développée une situation menant à l'impasse actuelle.

Manifestation le 15 septembre

La cause des sans-papiers mobilise l'attention en Suisse depuis plusieurs mois. L'action a commencé le 25 avril avec l'occupation de l'église de Bellevaux, à Lausanne, pour s'étendre en été à Fribourg et La Chaux-de-Fonds. Une manifestation nationale est prévue samedi prochain à Fribourg, deux jours avant le début de la session d'automne des Chambres fédérales.

Le Parlement devra étudier la question des sans-papiers. Le Parti socialiste déposera une interpellation urgente, a-t-il annoncé samedi. Il veut élaborer des critères pour la régularisation des sans-papiers et interviendra en ce sens.

Le Parti démocrate-chrétien en revanche «soutient la politique du Conseil fédéral et rejette fermement l'idée d'amnistie générale». Il estime que le droit en vigueur permet de traiter les cas particuliers et soutient la proposition de la Commission fédérale des étrangers pour la mise en place de médiateurs au niveau des cantons.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article