Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le patron des patrons français accuse Swissair

Ernest-Antoine Seillière a dénoncé «le comportement indigne d'une grande société».

(Keystone Archive)

Ernest-Antoine Seillière a «accusé» samedi Swissair et le ministre français des Transports Jean-Claude Gayssot d'avoir «provoqué et accéléré la débâcle d'AOM Air/Liberté». Le patron des patrons français est à la tête de Marine-Wendel, actionnaire à 50,5% des compagnies en déroute.

Au cours d'un point de presse samedi, convoqué au lendemain du dépôt de bilan des transporteurs AOM/Air Liberté, dont Swissair Group possède 49,5% du capital, M. Seillière a déclaré: «j'attends des tribunaux qu'ils rétablissent notre bon droit».

Le patron des patrons français a dénoncé «le comportement indigne d'une grande société», sous-entendant Swissair. Il a également estimé que M. Gayssot avait eu «un comportement injuste et politique» en lançant sa campagne «Haro sur le Baron, Seillière responsable».

Contacté par l'ats, le porte-parole de Swissair Group Siro Barino a rejeté les accusations d'Ernest-Antoine Seillière. «Marine Wendel dirigeait aussi AOM/Air Liberté», a-t-il dit, mettant en avant le fait que la holding du Français, via sa filiale Taitbout Antibes, détenait trois sièges sur sept au conseil d'administration des transporteurs, contre deux seulement pour Swissair.

M. Barino a rappelé que Swissair s'était déclaré prêt à payer 2 milliards de francs français (environ 480 millions de francs) pour le plan de sauvetage des transporteurs, qui n'opèrent plus que sous le seul nom d'Air Liberté. Marine Wendel devait payer le reste, soit un milliard de FF.

Aucun accord n'ayant pu être trouvé, AOM/Air Liberté s'est déclaré en cessation de paiement et son avenir appartient désormais à la justice française. Celle-ci doit nommer, vraisemblablement mardi, un administrateur judiciaire qui décidera de la suite des opérations et de trouver un repreneur.

«J'espère que les repreneurs vont désormais pouvoir construire des solutions. Après la tristesse, l'amertume, et la colère, nous exprimons cet espoir», a déclaré M. Seillière. Il estime que le tribunal de Créteil devrait être saisi d'offres pour des parties du pôle AOM/Air Liberté, alors que des solutions globales avaient été examinées avant le dépôt de bilan.

Vendredi, la compagnie britannique à bas prix easyJet a annoncé avoir fait part de son intérêt pour «une partie des actifs», sans dire combien elle était disposée à payer. Le groupe de conseil londonien AITI Holding a aussi confirmé vendredi son intérêt pour la reprise totale ou partielle des actifs des compagnies aériennes AOM et Air Liberté.

Par ailleurs, au lendemain de l'annonce du dépôt de bilan à AOM/Air Liberté, tous les vols étaient assurés normalement ce samedi sur les lignes intérieures et régionales ainsi que sur les longs-courriers.

A partir de lundi, le trafic va être réduit sur plusieurs lignes au départ d'Orly. Tous les vols longs-courriers et charters seront en revanche normalement assurés et aucune modification n'est prévue sur le réseau régional.

swissinfo avec les agences


Liens

×