Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le personnel de SAirGroup dans la rue

Mardi, les salariés de SAirGroup manifestent leur solidarité avec ceux des filiales françaises, ici lors de la manifestation du 19 avril à Paris.

(Keystone Archive)

Tous les syndicats des compagnies aériennes françaises AOM et Air Liberté appellent le personnel navigant à faire grève mardi. Et, en début de soirée, les employés suisses de SAirGroup manifesteront leur solidarité au centre-ville de Genève.

Les collaborateurs helvétiques du groupe sont invités à faire état de leur mauvaise humeur par le Syndicat suisse du service public (SSP). Leur manifestation comprendra une délégation des compagnies françaises.

Il faut dire que les salariés d'AOM-Air Liberté seront fixés sur leur sort, mercredi à Zurich, jour de l'assemblée générale de leur maison mère. A cette occasion, les actionnaires pourraient voter un «désengagement imminent» de SAirGroup du ciel français.

Une délégation des salariés d'AOM-Air Liberté a été reçue lundi à Matignon par le Premier ministre socialiste Lionel Jospin. Selon Gilles Nicoli, membre de l'intersyndicale, «le chef du gouvernement français aurait assuré au personnel des deux compagnies qu'il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher les actionnaires de quitter le groupe».

En outre, le cabinet de Lionel Jospin aurait «pris contact» avec le Conseil fédéral.

L'une des solutions évoquées tournerait autour d'un partage de certaines lignes entre Air France et AOM/Air Liberté. Cela afin d'assurer la survie d'un deuxième pôle aérien en France.

Sur certaines destinations bien ciblées, Air France s'engagerait à ne pas faire de concurrence à AOM et Air Liberté, dont les appareils pourraient retrouver un taux d'occupation digne de ce nom.

Actionnaire majoritaire des deux compagnies et patron des patrons français, Ernest-Antoine Seillière a confirmé qu'il n'envisagait pas d'augmenter sa participation dans AOM et Air Liberté. En ajoutant qu'il «travaillait d'arrache-pied» pour éviter un dépôt de bilan pur et simple, en cas de désengagement de SAirGroup.

Jacques Allaman, Paris

×