Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le premier citoyen du pays cède aux pressions

L'opinion publique a eu raison de l'entêtement de Peter Hess.

(Keystone)

Le président du Conseil national, Peter Hess, a annoncé mercredi qu'il démissionnait de tous ses mandats d'administrateur d'ici la fin mai. Le démocrate-chrétien zougois est au centre d'une polémique concernant ses mandats dans plusieurs sociétés en lien avec des paradis fiscaux.

Cette démission a été rendue publique, à Berne, au cours d'une conférence de presse du PDC. Il faut dire que Peter Hess avait déjà déclaré à la presse dominicale vouloir se défaire de ses mandats douteux dans des sociétés à l'étranger.

Le président du Conseil national disait vouloir attendre d'abord les résultats de la nouvelle loi sur le Parlement. L'avocat d'affaires a reconnu dans une interview au SonntagsBlick avoir commis une erreur en ne remettant pas ses mandats à l'étranger avant même son élection à la présidence du Conseil National.

Dimanche, la presse révélait l'existence au Liechtenstein de nouveaux mandats embarrassants pour le Zougois. Elle lui a également reproché ses relations commerciales avec un certain Oswald Buehrer, qui a joué un rôle-clé dans le scandale des caisses noires de la CDU en Allemagne. Ce dernier est administrateur dans la même société, domiciliée au Liechtenstein, que Peter Hess. A ce sujet, le premier citoyen de Suisse a clamé son innocence.

La semaine dernière, le démocrate-chrétien avait rejeté les critiques émises contre lui pour ses mandats douteux dans les conseils d'administration de trois sociétés au Panama et dans les Iles vierges britanniques.

swissinfo avec les agences

×