Navigation

Le procureur requiert une condamnation pour meurtre

Ce contenu a été publié le 07 août 2014 - 20:21
(Keystone-ATS)

Le procureur au procès d'Oscar Pistorius a requis jeudi une "condamnation pour meurtre" contre l'ancien champion paralympique sud-africain. Il a demandé ce verdict à l'issue d'un réquisitoire de presque cinq heures.

Oscar Pistorius affirme avoir tué sa petite amie Reeva Steenkamp par accident, dans la nuit de la Saint Valentin 2013, la prenant pour un cambrioleur. Que cette version soit retenue ou non, l'accusé "ne peut pas échapper à une condamnation pour meurtre", a dit le procureur.

Gerrie Nel est par ailleurs persuadé que l'accusé "s'est décidé" à tuer son amie lorsqu'il a chargé son arme. Il évoque une préméditation. Pour lui, Oscar Pistorius a volontairement abattu sa compagne, réfugiée dans les toilettes, à l'issue d'une violente dispute.

Jusqu'à 25 ans de prison

Oscar Pistorius risque une peine incompressible de vingt-cinq ans de prison s'il est reconnu coupable d'assassinat.

Selon le procureur, même s'il est admis qu'Oscar Pistorius a cru à l'intrusion d'un cambrioleur, il a bel et bien tiré sur un être humain sans être directement menacé, comme il l'a implicitement admis en racontant sa version des faits.

Toute la journée, Gerrie Nel s'est efforcé de montrer que la version proposée par l'accusé était pleine de contradictions et avait en fin de compte été "fabriquée" pour cacher la vérité.

Dans le réquisitoire écrit remis à la juge, le procureur précise notamment: "Si elle rejette la fausse version inventée par l'accusée, la cour n'aura pas d'autre choix que d'admettre que l'accusé savait que la victime était dans les toilettes, et a tiré quatre fois intentionnellement sur elle dans le but de la tuer".

Négociation possible

Gerrie Nel a même envisagé le cas, très peu probable selon lui, dans lequel la cour accepterait l'une des versions d'Oscar Pistorius, le tir incontrôlé et involontaire sous l'effet de la panique, dans un pays au taux de criminalité très important. Même dans ce cas, "l'accusé ne peut pas échapper à une condamnation pour homicide involontaire", souligne-t-il.

La juge Thokozile Masipa rendra son verdict à une date ultérieure, après une éventuelle négociation de la peine, mettant fin à un long feuilleton télévisé qui passionne - et divise - les Sud-Africains depuis début mars.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article