Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le public sud-africain conquiert Irène Schweizer

Irène Schweizer, pianiste, percussionniste et féministe!

(SP)

La pianiste suisse a été conquise par l'enthousiasme des Sud-Africains, au cours d'une tournée avec le percussionniste Louis Moholo.

Sa visite a été rendue possible par Pro Helvetia, qui entend promouvoir la collaboration entre artistes professionnels suisses et sud-africains.

Pour sa première visite en Afrique du Sud, Irène Schweizer a reçu un accueil très chaleureux: 800 personnes ont assisté samedi au concert qu'elle a donné en duo avec Louis Moholo au Cap, 400 se sont déplacés à Port Elizabeth et 350 à Johannesburg.

Deux autres concerts devaient avoir lieu à Durban et Maputo pour clore cette tournée des deux musiciens, du 3 au 14 novembre, organisée dans le cadre d'un festival international de musique classique.

Exubérance africaine

«Le public sud-africain réagit de manière très différente du public suisse!», explique la pianiste zurichoise de 62 ans. «Les gens s'expriment bruyamment, surtout quand ils reconnaissent les mélodies sud-africaines».

Ils crient, ils hululent, ils apostrophent les musiciens. «Par contre, ils ne connaissaient pas le jazz d'improvisation: c'est une approche intellectuelle, dont ils n'ont pas l'habitude. Mais c'était très émouvant de rencontrer tous les amis de Louis et d'être témoin de leur enthousiasme».

Moholo est, en effet, une figure légendaire du jazz sud-africain: il est le seul survivant du groupe sud-africain «Blue Notes», qui avait dû s'exiler en 1964 pour s'établir d'abord à Zurich (ville d'élection aussi du pianiste de jazz bien connu, Abdullah Ibrahim) puis à Londres, où il vit toujours.

«J'ai commencé à jouer avec lui et d'autres Sud-Africains dans les années 70, quand ils ont rejoint la scène de l'improvisation, explique Irène Schweizer. Par la suite, j'ai enregistré un album avec Moholo au Festival de Zurich en 1986 dans le cadre d'une série de cinq enregistrements en direct avec des percussionnistes».

Musique militante

Comme le souligne Colin Miller de Pro Helvetia (la fondation suisse pour la culture), Moholo et Schweizer n'ont pas que la musique en commun: tous deux sont aussi «de vieux combattants», lui pour avoir milité contre le régime d'apartheid, elle pour s'être battue pour promouvoir la place des femmes dans le jazz.

Nous avons voulu faire revivre cette collaboration exemplaire et nous sommes très satisfaits par les réactions passionnées qu'elle a suscitée à travers le pays».

swissinfo, Valérie Hirsch, Afrique du Sud

En bref

- Irène Schweizer est née en 1941 à Berne.

- Après l’apprentissage du piano et des percussions, elle a commencé à évoluer dans le milieu du ‘jazz moderne’ dès le début des années 60.

- Jouant dans différentes formules musicales, elle a côtoyé plusieurs artistes sud-africains (Dollar Brand, Louis Moholo, Johnny Dyani etc.)

- Fin des années 70: elle s’engage dans le «Feminist Improvising Group», avec Lindsay Cooper, Maggie Nichols and Sally Potter, qui se transformera ensuite en «EWIG».

- Depuis sa carrière se poursuit sous de multiples facettes. Elle a également participé à la création de festivals.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.