Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le racisme raboté par la caricature

L’affiche du spectacle. (Image tirée du site)

Au Théâtre de Vidy-Lausanne, la Française Muriel Mayette met en scène quatre courtes pièces de Jean-Claude Grumberg. Son spectacle déshumanise les xénophobes, les transformant en pantins. Bien joué.

«Avec lui, c'est toujours comme ça. [...] A chaque fois l'Holocauste. [...] 50 ans après, il l'a toujours pas digéré», dit de lui-même le dramaturge Jean-Claude Grumberg dans sa pièce «Sortie de théâtre». Cette saynète autocritique, drôle et féroce, est précédée de trois autres textes de l'auteur français («Une vie de on», «Rixe» et «Les Gnoufs») mis en scène par Muriel Mayette au Théâtre de Vidy-Lausanne.

Soit donc quatre manières de voir la xénophobie. Quatre façons aussi de l'interpréter, radicalement différentes mais qui s'accordent parfaitement pour exploser en un crescendo très bien maîtrisé.

Le spectacle s'ouvre sur un simple constat (être juif) et s'achève sur une mécanisation outrancière des réflexes racistes. En cours de route, il passe par la farce tragique et le grand guignol, plaçant à chaque fois les préjugés sociaux sous l'angle de la caricature.

Au fil de la représentation, les acteurs changent d'échelle de jeu, troquant leur statut d'humains contre celui de pantins. L'action se déroule dans une boîte blanche qui tient du castelet de marionnettes. Lieu idéal pour des êtres déshumanisés, tendus par le seul ressort de leurs instincts. Leurs corps ne se relâchent qu'à la faveur de quelques crises de violence, uniques exutoires à leurs vilaines certitudes.

«Il faut toujours prévoir le pire, surtout quand on va au théâtre», écrit sur un ton ironique Jean-Claude Grumberg. Le pire dans ces quatre pièces, c'est l'enfermement. Les personnages sont condamnés à tourner en rond dans le bocal de leur vie, comme ce petit poisson rouge qui au début du spectacle navigue dans son pot d'eau.

Ghania Adamo

«Une vie de on», «Rixe», «Les Gnoufs» et «Sortie de théâtre». Lausanne, Théâtre de Vidy; jusqu'au 24 juin. Tel: 021/619 45 45.


Liens

×