Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le recensement regagne la confiance du public

Le directeur de l'OFS, Carlo Malaguerra, a de quoi être satisfait!

(Keystone)

Plus de 97% de personnes résidentes en Suisse ont répondu au recensement 2000. Lundi, l'Office fédéral de la statistique (OFS) s'est déclaré très satisfait de ce résultat. Le boycott partiel du recensement de 1990 paraît bien loin.

Au total, près de 10,8 millions de questionnaires ont été distribués. A la fin janvier 2001, l'OFS en avait déjà reçu 91,5% en retour. Suite à une campagne de rappels par écrit et par téléphone, 97,3% des questionnaires sont désormais parvenus aux centres de traitement.

Il ne reste que 55 000 bordereaux dans la nature. Ceux qui n'auront pas été retournés à l'issue de la campagne de rappels téléphoniques, à la mi-juillet, seront envoyés aux communes. Celles-ci pourront alors répondre elles-mêmes aux questions ou tenter un dernier rappel auprès des récalcitrants qui s'exposent à une amende maximale de 1000 francs.

Par ailleurs, 80 000 questionnaires demandent encore quelques éclaircissements en raison de réponses incomplètes ou fantaisistes.

Quoi qu'il en soit, le vice-directeur de l'OFS, Werner Haug, juge le bilan du recensement «très positif». Le haut pourcentage de réponses montre que la confiance a été rétablie et que le boycott de 1990, suite à l'affaire des fiches, appartient au passé.

Les innovations techniques mises en place pour ce recensement 2000 constituent un autre motif de satisfaction pour l'OFS. La distribution et la collecte des questionnaires par La Poste n'ont posé aucun problème particulier, alors que la suppression presque totale des agents recenseurs avait dans un premier temps suscité quelques craintes.

Par ailleurs, le taux de réponses par l'Internet (e-census) a atteint 4,2%. «C'est un résultat très satisfaisant étant donné qu'il s'agit d'une première en Europe et que l'utilisation du réseau n'offrait pas d'avantages supplémentaires par rapport aux questionnaires traditionnels sur papier», relève Claude Gisiger, chef du projet Recensement 2000.

Un bémol toutefois: seules 4,2% des personnes ont répondu via l'Internet, alors qu'environ 30% de la population a accès à la toile. La raison de ce résultat s'explique peut-être notamment par le fait que la procédure était quelque peu compliquée avec, par exemple, un numéro d'identification de quatorze chiffres.

E-census a par ailleurs montré une fois encore que, face à l'écran, tous les Suisses ne sont pas égaux. Ce sont surtout des hommes jeunes, célibataires et bien formés qui ont utilisé l'internet. En revanche, les femmes, les personnes âgées et celles disposant d'un niveau d'études élémentaire ne sont pas sensibles à ce nouveau moyen de communication.

Le recensement a enfin permis de mette à jour des lacunes dans la tenue et la coordination des registres communaux et cantonaux des habitants. L'OFS proposera donc cet automne au Conseil fédéral un projet de modernisation et d'harmonisation de ces registres.

Les premiers résultats de ce recensement 2000 seront disponibles dès décembre. Quant aux résultats définitifs, ils seront présentés à l'automne 2002.

Olivier Pauchard, Palais fédéral


Liens

×