Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le retour des anciens descendeurs helvétiques dans le Colorado

Bruno Kernen, l'ancien, s'est révélé le meilleur descendeur suisse, avec sa 6e place, samedi, dans le Colorado.

(Keystone)

Dans une épreuve américaine dominée par les Autrichiens - six ont terminé parmi les huit premiers -, et gagnée par "Herminator", les meilleurs Suisses furent Bruno Kernen, 6e et Paul Accola, 9e.


Largement battu une semaine plus tôt à Lake Louise (15e), l'Autrichien Hermann Maier a pris une indiscutable revanch, en s'adjugeant avec panache la descente de Beaver Creek. Il s'est imposé en laissant à 0"48 le Norvégien Lasse Kjus et à 0"84 son compatriote Stephan Eberharter.

Dans une épreuve dominée par les Autrichiens - 6 ont terminé parmi les 8 premiers - les meilleurs Suisses (Bruno Kernen 6e, Paul Accola 9e) n'ont pas été ceux que l'on attendait.

Déjà vainqueur du géant de Sölden en ouverture de saison et du super-G de Lake Louise dimanche dernier, «Herminator» a signé son 32e succès en Coupe du monde, le 7e dans une épreuve de vitesse pure.

Dans le camp suisse, la déception est venue de Silvano Beltrametti (18e) et Didier Cuche (19e). Mais avec sa sixième place, l'ancien champion du monde Bruno Kernen a d'ores et déjà égalé son meilleur résultat de la saison dernière en descente, obtenu à Lake Louise, il y a douze mois. Il faut remonter à janvier 99, avec un 4e rang à Kitzbühel, pour trouver trace d'une performance supérieure de Kernen.

«Beltrametti nous a malmenés, explique Bruno Kernen, nous les vieux, en ce début de saison. Il fallait vraiment réagir, sous peine de passer pour des guignols»: indirectement, l'Oberlandais rendait un bel hommage au Grison.

Pour sa part, Paul Accola, toujours imprévisible, s'est fendu de son meilleur résultat dans la spécialité depuis... 1992, égalant un 9e rang alors décroché à Garmisch.

Au vu des entraînements, une place d'honneur semblait pourtant beaucoup plus promise à Didier Cuche. Dix-neuvième à 1"92, le Neuchâtelois se perdait en conjectures: «Je ne comprends pas. Je n'ai pas le sentiment d'avoir fait de grosses fautes. Il faudra que je regarde ma course à la vidéo».

Second au Canada, Beltrametti a longtemps semblé capable de renouveler semblable exploit (il ne concédait que 26 centièmes à Maier après une minute de course), avant de rétrograder sensiblement. Lui non plus ne s'est pourtant pas rendu coupable d'une erreur majeure.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×