Le sculpteur Rodo sort de l'ombre

Rodo dans son atelier à Paris. Centre d'iconographie de Genève

Deux événements contribuent à réhabiliter le sculpteur Rodo, actif autour de 1900: la sortie du catalogue raisonné, dû à Claude Lapaire, et une exposition au Musée d'art et d'histoire de Genève.

Ce contenu a été publié le 19 mars 2001 - 10:44

Le Musée d'art et d'histoire de Genève, riche de 73 sculptures - parmi les quelque 300 que recense le catalogue raisonné - d'Auguste de Niederhäusern, dit Rodo, consacre à cet artiste trop oublié une exposition de réhabilitation.

Né en 1863 à Vevey, formé à Genève, puis à Paris, où il fit carrière, ce praticien de Rodin, soutenu par la suite par le maître, connut de son vivant pas mal de déboires: les concours auxquels il participa ne lui valurent pas les commandes espérées, il ne put que rarement mener à terme ses projets, quelque peu utopiques. Et il mourut dans la misère, en 1913.

Ami de Verlaine, dont il réalisa plusieurs bustes, du vivant du poète, puis après sa mort, dans le cadre du «Monument Verlaine» inauguré en 1911 au Jardin du Luxembourg, proche du mouvement symboliste, Rodo évolua d'un style tourmenté, d'une taille effectuée «à coups de poings», selon ses propres termes, à un retour à la forme plus proche de Bourdelle et Maillol. Ce sculpteur important des années 1900 représente donc un chaînon entre l'art expressif, lyrique, de Rodin et de ses épigones et la sculpture moderne proprement dite.

Une quarantaine de sculptures, accompagnées de dessins et de photographies, illustrent cette double direction. Parmi les œuvres les plus impressionnantes et émouvantes, les portraits de Verlaine, humains et graves, un «Autoportrait» daté de 1905, où l'artiste semble réfléchir sur sa propre condition, et des compositions allégoriques telles que «Vénus passant devant le soleil» (1913) ou, plus épurée, plus simple dans sa dramaturgie, cette «Ophélie» de 1912.

Laurence Chauvy

Musée d'art et d'histoire de Genève (tél. 022/ 418 33 50). Jusqu'au 5 août.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article