Le transitaire Danzas en rythme de croisière au Brésil

Au Brésil, Danzas contrôle 17 centres de distribution. Keystone Archive

L'entreprise suisse n'a pas cessé de gagner du terrain. Sa filiale de logistique enregistre une croissance de plus de 20% en 2001.

Ce contenu a été publié le 03 janvier 2002 - 12:11

Depuis son arrivée dans le plus grand marché d'Amérique latine, il y a moins de trois ans, Danzas a marqué des points importants. Il table actuellement sur une hausse de 25% de son chiffre d'affaires cette année.

Les recettes de Danzas Logistica se sont élevées à 136 millions de Reals (environ 60 millions de dollars) l'an dernier, soit une hausse de 21% par rapport à l'an 2000, selon Francisco Tabajara, directeur de l'entreprise.

La progression a été alimentée par la demande croissante en services de logistique par les grandes multinationales présentes au Brésil. Elle est en outre supérieure à la moyenne du marché, estimée à 15%. L'objectif pour 2002 est d'atteindre un chiffre d'affaires de 170 millions de Reals.

Des services très appréciés

C'est précisément pour servir ses grands clients internationaux que Danzas s'est installé au Brésil en 1999 à la suite de l'acquisition de DDF, une entreprise logistique locale alors contrôlée par Philips. Danzas y contrôle aujourd'hui 17 centres de distribution.

Ses services sont particulièrement appréciés par les entreprises de télécommunications et leurs fournisseurs de composants, tels le Finlandais Nokia et l'Américain Lucent qui intègrent le portefeuille de Danzas au Brésil.

Les secteurs automobile, chimie-pharmacie, alimentation, hygiène et habillement sous-traitent également fréquemment leurs activités de distribution, soit avant, soit après la phase de production industrielle proprement dite.

Au-delà de la simple activité de transport, les services de distribution permettent ainsi de mieux huiler la chaîne de production. Et d'éviter les pertes grâce à une meilleure gestion des stocks, qui représentent un coût pour les entreprises.

Danzas est en outre présente au Brésil à travers sa filiale de commerce international Danzas-AEI, née de l'acquisition du transitaire américain AEI International, très présent sur les marchés panaméricains.

Thierry Ogier, Sao Paolo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article