Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le tunnel est percé, mais tout reste à faire

Pour la presse suisse, le plus difficile maintenant sera de mettre tous ces camions sur les rails du Gothard.

(Keystone)

La presse suisse de samedi salue le percement du tunnel du Gothard. Elle souligne l’exploit technique lié à ce travail de Titan. Mais pour de nombreux commentateurs, le plus dur reste maintenant à faire: rendre effectif le transfert de la route au rail.

Le percement du nouveau tunnel ferroviaire du Gothard fait la Une de la quasi-totalité des journaux suisses de samedi. Beaucoup d’entre eux présentent en couverture une photo des deux héros de la cérémonie du percement: les mineurs et «Sissi», l’excavatrice géante qui a traversé la montagne.

Une Suisse qui peut être fière

Les titres révèlent généralement la grande fierté d’avoir réussi à percer le plus long tunnel du monde. «Le Gothard entre dans l’Histoire», écrit par exemple le quotidien vaudois 24 heures. Le grand journal populaire alémanique Blick résume pour sa part tout simplement: «Hourra, nous sommes passés au travers».

Globalement, les commentateurs sont de l’avis que ce nouveau tunnel est une réalisation dont la Suisse peut être fière.

Le Corriere del Ticino résume bien l’opinion générale en écrivant: «On entend souvent dire que la Suisse est incapable de regarder loin. Qu’elle ne sait réagir que sous la pression d’événements extérieurs qui la mettent dans les cordes. La réalisation d’Alp Transit démontre le contraire: qu’elle sait projeter son avenir pour l’adapter aux changements socio-économiques et écologiques, et ce avant les pays voisins.»

Quelques commentateurs voient aussi dans cette réalisation une victoire de la démocratie suisse. «Une démocratie alimentée par des hommes politiques et des partis capables de dialoguer avec les citoyens, capables de leur expliquer la grande cohérence d’un choix fait pour nous et pour les générations à venir», note la Regione Ticino.

Encore bien du travail

Maintenant que le tunnel est percé, le plus dur reste encore à faire: transférer réellement le transport des marchandises de la route vers le rail. Et pour y parvenir, la petite Suisse a absolument besoin de la collaboration des pays voisins et de l’Union européenne. Or, de l’avis des commentateurs, ce n’est pas encore véritablement le cas.

Un dessin du quotidien Le Temps résume bien la situation. On y voit des Suisses en train de faire la fête à la sortie du nouveau tunnel. Mais la ligne de chemin de fer qui sort de la galerie se dirige vers une voie de garage estampillée du drapeau de l’UE.

Avec des mots, Le Nouvelliste reprend la même idée. «Le retard pris dans le raccordement de la nouvelle ligne aux réseaux ferroviaires allemand et italien illustre les limites de cette politique volontariste. Isolée politiquement, la Suisse a peu de moyens à disposition pour obtenir la collaboration de ses voisins européens», note le quotidien valaisan.

D’ailleurs, l’absence des ministres européens des Transports lors de la cérémonie de vendredi n’a pas échappé aux journaux suisses. Pour autant, les analystes restent généralement optimistes.

«Les Nouvelles liaisons ferroviaires alpines apportent également des effets externes positifs, note ainsi la Berner Zeitung. Avec les NLFA, la Suisse a un bon atout entre les mains dans le cadre des ses négociations futures avec l’UE.»

Et 24 heures de conclure: «L’histoire nous enseigne que les grands ouvrages qui ont construit la Suisse moderne ne sont aucunement tombés en désuétude. Ils ont au contraire permis d’asseoir le rôle du pays au cœur du continent, voire d’en forger une part d’identité. Gageons qu’il en sera de même avec le tunnel de base du Gothard.»

Olivier Pauchard, swissinfo.ch

TUNNEL DE BASE

Chantier des superlatifs, le tunnel de base du Gothard disposera de deux voies - 228 kilomètres de rails - et reliera les cantons d'Uri et du Tessin. Sa mise en service est programmée en 2017.

Il est prévu que 300 trains de voyageurs ou de marchandises l'empruntent quotidiennement. Les convois pourront circuler à une vitesse maximale de 250 kilomètres/heure. Le trajet Zurich-Milan s'effectuera alors en deux heures et 40 minutes, soit un gain de près d'une heure.

Les dernières estimations indiquent que ce chantier va coûter quelque 9,8 milliards de francs pour le tunnel de base et 12,2 milliards pour l'ensemble des aménagements sur l'axe du Gothard.

Fin de l'infobox

swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.