Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les écologistes veulent adhérer à une Europe plus verte

Au 1er plan, Ulrike Lunacek, présidente du Parti Vert européen ( à gauche) et Ruth Genner, présidente des Verts suisses (à droite).

(Keystone)

Les Verts prônent toujours l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne (UE). Mais sous certaines conditions.

En clair, ils refusent de sacrifier les acquis écologiques obtenus de haute lutte en Suisse. Ils en débattront à Genève en octobre dans le cadre du deuxième congrès des Verts européens.

Cela ne sert à rien de déplorer les déficits démocratiques et écologiques de l'Union européenne (UE) si l'on ne fait rien pour améliorer la situation, a déclaré lundi en conférence de presse à Berne Ruth Genner, présidente des Verts suisses.

Seule une adhésion permettrait à la Suisse d'être considérée comme partenaire à part entière. «Nous ne voulons pas seulement suivre mais aussi décider», a souligné Ruth Genner.

La conseillère nationale (députée) zurichoise a profité de l'occasion pour critiquer la politique «uniquement basée sur les intérêts économiques» menée par le Conseil fédéral. La voie bilatérale est peu sûre et inefficace, selon elle. Une adhésion permettrait en revanche à la Suisse d'avoir son mot à dire dans tous les domaines.

Faire valoir son expérience

Pour l'Autrichienne Ulrike Lunacek, présidente du Parti Vert européen, la Suisse a beaucoup à apporter à l'UE. Elle peut en particulier faire valoir son expérience en matière de démocratie, de multiculturalisme, de subsidiarité, ainsi que ses hauts standards écologiques.

Les Verts suisses ne sont d'ailleurs pas prêts à renoncer à plusieurs acquis écologiques pour adhérer à l'UE. Ainsi, la redevance poids lourds liée aux prestations (RPLP) ne doit pas être supprimée et des décisions populaires comme l'Initiative des Alpes, qui prescrit le transfert de la route au rail, ou le moratoire sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l'agriculture, ne doivent pas être remises en cause.

La Suisse doit pouvoir décider librement du montant et du mode de versement des paiements directs aux paysans. Les Verts tiennent également au maintien de la neutralité.

Accords bilatéraux

Les accords bilatéraux I et II règlent les relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE) dans différents secteurs. L'UE est le partenaire ...

Un automne vert à Genève

Les Verts suisses planchent avec leurs collègues européens sur «un avenir vert pour l'Europe». Près de 800 délégués de 36 pays participeront à un congrès qui se tiendra du 13 au 15 octobre prochain à Genève.

Le conseiller national genevois Ueli Leuenberger a relevé que des thèmes comme les droits de l'homme en période de terrorisme, la politique énergétique de l'Europe ou la présence de Verts dans des coalitions gouvernementales seront abordés.

swissinfo et les agences

Les Verts

En Suisse, la première section des Verts a été créée en 1971 dans le canton de Neuchâtel pour combattre un projet autoroutier. Puis, en 1979, les ...

Les Verts et l'Europe

Les Verts suisses sont d'avis que le processus d'intégration qui se déroule en Europe a aussi une grande influence sur la politique en Suisse même.

L'harmonisation de la législation européenne a aussi pour conséquent de limiter la marge de manœuvre de la Suisse.

Les Verts aimeraient une intégration de la Suisse à l'Union européenne, car:

- ils estiment que des défis écologiques et sociaux demandent des solutions transfrontalières.

- la Suisse pourrait ainsi participer au processus de décision.

- la globalisation économique doit être affrontée sur un plan international.

- la Suisse, avec son fédéralisme, son expérience de la démocratie et son multiculturalisme, peut apporter beaucoup au processus européen.

- la Suisse fait partie du continent européen et y est étroitement liée.

Fin de l'infobox


Liens

×