Les «mousquetaires» suisses mouchés

La Suisse a été éliminée en 8e de finale. Keystone Archive

Pour la première fois depuis le début des Championnats du monde d'escrime de Nîmes, les Suisses n'ont pas réussi à conquérir de médailles.

Ce contenu a été publié le 01 novembre 2001 - 19:08

Marcel Fischer, Basil Hoffmann, Benjamin Steffen et Michael Kauter ont pris la 9e place de l'épreuve par équipes à l'épée. Les «mousquetaires» suisses s'étaient inclinés 45-37 en 8e de finale face à la Hongrie, victorieuse en finale de l'Estonie (45-25).

Avec deux médailles d'argent - Basil Hoffmann et l'équipe féminine (Gianna Hablützel Bürki, Sophie Lamon, Diana Romagnoli Takouk, Tabea Steffen) - et une de bronze (Hablützel Bürki) -, jamais une délégation suisse n'avait obtenu un bilan aussi flatteur lors d'un Mondial.

Pour la troisième fois en l'espace de six ans, la Suisse a pourtant été éliminée lors des 8e de finale d'un Championnat du monde face à la Hongrie. En 1995 à la Haye, Nic Bürgin, Olivier Jaquet, Daniel Lang et Daniel Giger concédaient 19 touches (45-26) face aux Magyars.

Aucune parade face aux Hongrois

A la Chaux-de-Fonds - où la Hongrie avait remporté la médaille d'or - Lang, Bürgin, Fischer et Hoffmann manquaient d'un cheveu l'exploit (45-43) face à une équipe composée, comme à Nîmes, d'Attile Fekete, de Kristzian Kulcsar, Ivan Kovacs et Gera Imre.

Si l'on tient compte encore d'une défaite de Fischer, Gabriel Nigon - alors âgé de 44 ans! - Benjamin Steffen et de son frère Andreas à l'occasion des derniers Championnats d'Europe de Madère (2000) lors d'un match de classement, les Suisses n'ont jamais réussi à trouver la parade face aux Hongrois ces dernières années.

Cette neuvième place constitue malgré tout le meilleur classement d'une équipe de Suisse masculine dans un Mondial sous l'ère de l'entraîneur Rolf Kalich, le meilleur résultat également depuis la sixième place obtenue à Lyon (1990) sous la direction de Christian Lemoigne.

Le show de Benjamin Steffen

Les Helvètes n'ont jamais été en mesure d'inquiéter la Hongrie du médaillé de bronze individuel de la Chaux-de-Fonds, Attila Fekete. Même s'il n'affiche pas à Nîmes le même état de forme que l'an dernier à Sydney, Marcel Fischer a malgré tout été le seul Helvète à battre un Magyar, deux victoires face à Fekete et Kovacs pour un bilan personnel de +4.

Blessé au dos, Basil Hoffmann a serré les dents mais le vice-champion du monde n'a pu valablement défendre ses chances (-6). Steffen (-3), au cours de deux assauts, et Kauter (-1), au cours d'un seul, n'avaient, il est vrai, pas fait mieux. «Kovac m'a touché à trois reprises à la main. Cela m'a perturbé et conditionné toute la suite de mes assauts», relevait Basil Hoffmann.

Avant d'en découdre avec les Hongrois, les Suisses avaient difficilement éliminé la Biélorussie (45-38) au cours d'un seizième de final où Fischer et Hoffmann n'ont pas concédé la moindre défaite. Le jeune Benjamin Steffen (19 ans), le champion de Suisse en titre, a ensuite été le véritable «matchwinner» des rencontres de classement.

Si la Hollande n'a opposé qu'une faible opposition (45-32), la Suède - battue grâce à une touche en prolongation de Marcel Fischer (45-44) - et la Russie du champion olympique en titre Pavel Kolobkov (45-36) ont donné du fil à retordre aux Helvètes.

Les succès de Steffen sur le double vice-champion du monde suédois Peter Vanky (12-6) et sur le Russe Viatcheslav Seline (10-1) ont été déterminants.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article