Les Américains de Genève se souviennent

Un service œcuménique est prévu à la cathédrale Saint-Pierre de Genève. http://www.geneva-tourism.ch

Les Américains de Genève vont commémorer les attentats du 11 septembre 2001 d'une manière calme, réfléchie.

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2002 - 12:07

Pour beaucoup d'entre eux, le fait de vivre dans une ville multiculturelle les a aidés à mieux gérer leur traumatisme.

Au lendemain des attentats, un service œcuménique avait été célébré à la cathédrale Saint-Pierre de Genève. Un service similaire se déroulera à l'occasion du premier anniversaire.

«C'est là que notre deuil public a débuté. Il est donc logique de se retrouver ici un an plus tard», explique Nicholas Porter, recteur de l'Eglise américaine de Genève.

Un flot d'émotions

Nicholas Porter se souvient de «l'énorme afflux d'émotion et de sympathie» qui a suivi les attaques. Un an après, les commémorations seront très discrètes. Avec à une cérémonie du souvenir simple.

«Un gros événement court le risque d'être politisé. Alimenter la frénésie médiatique serait inapproprié», estime Summer Huyette, présidente du Club international des femmes américaines de Genève.

Lorsque les attentats se sont produits, cela a été le choc et l'incrédulité, teintés d'une certaine peur, dans la communauté américaine de Suisse

«Nous nous sentions vulnérable. Vous ne saviez pas quelle allait être la prochaine cible», explique Summer Huyette.

Pour sa part, Robert Spencer, président du Club international américain, parle d'une «angoisse exacerbée» au sein de la communauté, quelque chose qui a inévitablement rapproché les Américains de Genève.

Réseau de soutien

Un réseau de soutien a été nécessaire dans les jours et les semaines qui ont suivi les attentats. Des institutions comme le Club des femmes américaines, le Club international américain et l'Eglise américaine l'ont fourni.

«Nous avons constaté une plus forte participation. Nous en ressentions la nécessité. Des gens de toutes les nationalités avaient besoin de sortir de chez eux, d'être avec d'autres personnes», explique Summer Huyette.

«Se faire de nouveaux amis vous aide à gérer vos émotions.»

Les membres des clubs américains de Genève sont d'origines diverses, reflétant le caractère international de la ville. Le 11 septembre a aidé à cimenter les liens entre eux.

«Les Américains trouvent force et réconfort dans la communauté internationale. Nos amis suisses et d'autres pays ont été très d'un bon secours», a affirmé Robert Spencer à swissinfo.

Cette solidarité s'explique peut-être par le fait que chacun avait le sentiment d'être une cible potentielle.

Réévaluation de la tragédie

Le père Porter pense aussi que la nature internationale de Genève a aidé les Américains expatriés à accepter la tragédie bien mieux que leurs compatriotes au pays.

«Notre sentiment d'affront et d'indignation s'est atténué plus rapidement», explique-t-il à swissinfo.

«Nous avons surmonté ces émotions initiales parce que nous avons une vision du monde plus large. Chacun d'entre nous à des amis musulmans ou du Proche-Orient.»

Pour l'ecclésiastique, les Américains peuvent maintenant compatir avec les victimes de la violence ailleurs dans le monde - des gens qu'ils ignoraient auparavant.

Pensée positive

Summer Huyette essaye aussi de 'positiver': «Des choses terribles se passent dans le monde tout le temps. Nous ne pouvons pas les ressasser. Nous devons unir nos énergies et aller de l'avant.»

«Où il y a de la vie, il y a de l'espoir», conclut-elle.

Un an plus tard, les émotions sont moins brutes. Mais les attentats contre New York et Washington restent gravés dans les mémoires.

«C'est toujours très présent dans nos esprits. Je ne pense pas qu'il y ait un Américain au monde qui ne se sente pas touché par cela», affirme Robert Spencer.

«J'ai passé beaucoup de temps à réfléchir à ce qui était arrivé», a reconnu Summer Huyette. «Plus vous analysez quelque chose, et moins vous ressentez d'émotion. Mais la prudence et la vulnérabilité demeurent.»

swissinfo/Roy Probert

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article