Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les artistes suisses disent non à la Loi sur l'asile

(Keystone)

Plus de 700 représentants des milieux culturels appellent à rejeter la révision de la Loi sur l'asile qui sera soumise au vote le 24 septembre.

Mercredi, ils ont présenté à Berne le manifeste de leur campagne sur ce thème qui déchaîne les passions dans les deux camps.

Le manifeste dénonce une révision de la loi jugée «inhumaine» et «indigne de la Suisse». Parmi ses signataires figurent l'acteur Jean-Luc Bideau, le cinéaste Jean-Stéphane Bron, les chanteurs- comédiens Michel Bühler et Yvette Théraulaz.

Marthe Keller, Pipilotti Rist, Sina, Hugo Loetscher ou encore les clowns Dimitri et Gardi Hutter, pour les plus connus, se sont aussi joints au
mouvement.

Le manifeste relève « l'incohérence» de la Suisse, qui s'engage pour la création d'un nouveau Conseil des droits de l'homme à l'ONU, tout en envisageant d'abolir les droits humains à ses frontières.

Il est accompagné d'un texte de Guy Krneta baptisé «Non-entrée en
Matière». C'est le sort qu'il faut réserver à la nouvelle loi si on
ne veut pas que le droit d'asile devienne une injustice, plaide
l'écrivain alémanique.

Le manifeste sera distribué à la population dans le cadre de la campagne «Le 24 septembre, les milieux culturels diront aussi NON à
une loi sur l'asile inhumaine».

Textes, chansons, sculptures

Pous ce faire, un tour de Suisse est prévu d'ici mi-septembre avec des haltes dans dix villes dont Genève et Neuchâtel. Lors de ces étapes, sera projeté le documentaire «Expulsé ».

Ce film de la réalisatrice Irène Marty retrace le destin d'un Birman qui a demandé, en vain, l'asile à la Suisse en raison de ses activités politiques et de sa confession catholique. Il a été arrêté après son renvoi dans son pays et condamné à 19 ans de prison.

Les arts plastiques sont également de la partie pour faire passer le message. Des «pétrifiés» du sculpteur Carl Bucher seront ainsi exposés lors de la tournée.

Lors de la présentation de cette campagne au théâtre municipal de Berne, Michel Bühler a fait part de son incompréhension face à la politique de Christoph Blocher et de sa solidarité à l'égard des réfugiés. Et ce en chantant l'histoire d'un Kosovar.

De son côté, l'écrivaine Ruth Schweikert a évoqué les difficultés rencontrées par son beau-père juif autrichien, qui a finalement pu entrer en Suisse illégalement en 1942.

Soutien du PS

Cette campagne est soutenue sur les plans logistique et financier par le Parti socialiste (PS). La parlementaire Ursula Wyss s'est félicitée de l'engagement des professionnels de la culture, «réunis en un nombre rarement atteint jusqu'ici ».

Cet engagement des artistes et intellectuels ne sera pas de trop, selon la parlementaire socialiste. Qui conclut : «Nous avons bien conscience que ce référendum n'est pas gagné d'avance. Cela rend que plus
nécessaire une large coalition des adversaires de la nouvelle loi. »

swissinfo et les agences

Faits

La révision partielle de la Loi sur l'asile sera soumise au vote du peuple le 24 septembre 2006. Les opposants ont en effet usé de l'arme du référendum, qui permet, moyennant la récolte de 50'000 signatures, de faire voter par le peuple une loi adoptée au Parlement.

Cette révision fait l'objet de vifs débats. Pour ses partisans, elle est indispensable pour aligner le droit suisse sur le droit européen et pour empêcher les abus en matière d'asile.

Les opposants, quant à eux, craignent que ce durcissement de la Loi pousse les requérants dans l'illégalité et que son adoption marque la fin de la tradition humanitaire de la Suisse.

Fin de l'infobox


Liens

×