Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les cantons demandent le soutien de policiers étrangers

(Keystone)

La Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CDDGP) demande au gouvernement le droit de solliciter le soutien de 500 à 1000 policiers français et allemands durant la compétition.

De premières démarches ont déjà eu lieu. Les CRS français devraient renforcer Genève, comme d'autres corps de police romands. Les policiers allemands seront à Bâle, éventuellement à Zurich.

Si le gouvernement donne son aval à la requête des cantons, les arrangements précis seront arrêtés ces prochaines semaines, d'entente entre la Confédération, les cantons et les villes hôtes.

Les accords existant avec l'Allemagne et la France permettent d'assurer de tels services de soutien, a indiqué vendredi la CDDGP.

Le gouvernement a d'ailleurs proposé ce vendredi au Parlement de donner son aval à la révision de l'accord passé en 1998 avec Paris.

La confiance règne

Les directeurs cantonaux de justice et police se disent tout de même confiants. Ils ne s'attendent en effet pas à accueillir des matches à risques lors des matches de groupes de l'Euro dans les stades de Bâle, Berne, Genève et Zurich.

«Les scénarios catastrophe ont été relégués en arrière-plan», a déclaré le ministre zurichois Markus Notter, président de la Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police. «Nous avons eu de la chance au tirage au sort des groupes, sur le plan de la sécurité aussi», a-t-il poursuivi.

La CCDJP ne qualifie aucun des matches qui se joueront en Suisse de match à haut risque ou même à risque. Mais elle s'attend à une affluence considérable de fans car certaines équipes étrangères disposent de fortes communautés de supporters en Suisse ou viennent des pays voisins.

C'est aussi pourquoi elle attend le soutien de 500 à 1000 policiers français et allemands. Le ministre des sports Samuel Schmid a laissé entendre, sans trop s'avancer, que cette requête ne devrait pas poser de problème.

«Nous devons encore faire une évaluation plus détaillée des forces de police étrangères dont nous aurons vraiment besoin», a souligné toutefois Samuel Schmid.

CRS français à Genève

Les CRS français devraient renforcer Genève, comme d'autres corps de police romands. Les policiers allemands seront à Bâle, éventuellement à Zurich. Berne pourra compter sur l'appui des forces de police d'Argovie, de Soleure et de Suisse centrale.

Des unités de réserve de Suisse romande, de Suisse orientale et du Tessin se tiendront prêtes dans un même lieu. Les forces de police intercantonales ne seront pas seulement à disposition des quatre sites d'accueil (Bâle, Berne, Genève et Zurich), mais aussi des autres cantons, si nécessaire.

Plus de 270 hooligans

Le dispositif de sécurité comprend aussi des officiers de liaison pour toutes les équipes et des agents spécialistes du hooliganisme envoyés sur le terrain.

Actuellement, 276 hooligans sont enregistrés dans la banque de données de l'Office fédéral de police (fedpol), a précisé Roger Schneeberger, secrétaire général de la CCDJP.

Cela signifie qu'ils sont frappés d'une interdiction de pénétrer dans les stades. «Nous essayons d'empêcher l'entrée en Suisse des hooligans de l'étranger», a ajouté Roger Schneeberger.

Les cantons ont par ailleurs prévu des locaux où ils pourront interroger, si nécessaire, des groupes importants de supporters interpellés par la police. Les solutions varient d'un canton à l'autre.

swissinfo et les agences

Les camps des équipes en Suisse

Plusieurs équipes qui disputeront le prochain Eurofoot ont déjà décidé de s'installer sur sol suisse durant la compétition.

L'Allemagne (Ascona) et la Suède (Lugano) ont choisi le Tessin. Les Pays-Bas (Lausanne) et l'Allemagne (Mont-Pèlerin) ont opté quant à eux pour le canton de Vaud.

Les Suisses feront un premier camp au Tessin avant de prendre leurs quartiers à Feusisberg dans le canton de Schwytz.

Fin de l'infobox
(swissinfo.ch)


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.