Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les cigarettes doivent être bannies de l'école

En Suisse, environ sept pour cent des adolescents âgés de 11 à 16 ans fument régulièrement.

(Keystone)

Les écoliers fument de plus en plus. Pour lutter contre le tabagisme, les professionnels de la prévention, réunis mercredi à Lucerne, ont proposé diverses stratégies. Comme prévu, l´industrie du tabac n´a pas participé à cette journée «Smoking out».

Près de 500 enseignants ont participé aux séances de travail. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) était à l'origine de la rencontre, avec la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP).

La lutte contre le tabac est une «histoire à succès» depuis une quarantaine d'années. Le nombre de fumeurs a chuté de 20 pour cent, a dit Richard Müller, de l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA). Un important changement de valeurs s'est opéré.

Mais le tabagisme reste un problème dans les écoles. Environ sept pour cent des adolescents âgés de 11 à 16 ans fument régulièrement, selon une étude de l'ISPA. Le taux atteignait seulement quatre pour cent en 1986.

Des recherches ont montré que le temps passé en groupe sans but particulier favorise une consommation régulière de tabac. Structurer son temps libre est donc une des pistes évoquées mercredi à Lucerne pour prévenir le tabagisme chez les jeunes. En outre, le sport n'offre qu'une réponse en demi-teinte: même après un match de football, par exemple, les jeunes gens fument des cigarettes.

Ueli Locher, vice-directeur de l'OFSP, milite pour la mise en place d'une politique nationale contre le tabac dans les cinq années à venir. Une interdiction de la vente aux mineurs est envisagée, tout comme la limitation de la publicité et l'augmentation du prix du paquet. A ses yeux, on ne peut changer les comportements qu'avec des dispositions légales.

Selon les participants, la prévention n'a pas encore vraiment réussi à se défaire de son image contraignante et hostile au plaisir. «Or, est jugé comme bon ce qui fait plaisir tout de suite et maintenant», a encore ajouté Richard Müller, de l'ISPA.

Pour mémoire, la Communauté de l'industrie suisse du tabac (CIST) avait à l'origine été invitée à cette réunion nationale. Mais face aux menaces de boycott, en particulier des milieux romands de la prévention, elle a renoncé.

Ueli Locher a défendu l'invitation de la CIST. Celle-ci aurait pu dévoiler sa stratégie. M. Locher estime que la polémique a dérapé.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×