Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les comptes cantonaux virent au rouge

Sur 12 cantons ayant présenté leurs comptes 2003, seuls 3 affichent des chiffres noirs.

(Keystone)

«Pire que prévu...»: la publication des comptes cantonaux, qui bat son plein, montre que les collectivités publiques s’endettent à grande vitesse.

Zurich annonce un déficit record de plus de 600 millions de francs, mais édulcore un programme d’assainissement.

Dix cantons ont déjà publié leurs comptes 2003 et les autres le feront ces prochaines semaines. Tous ne plongent pas dans le rouge.

Certains affichent même une santé presque insolente, comme Appenzell Rhodes-Intérieures (15’000 habitants), qui améliore son résultat, notamment grâce à une augmentation de 34% des recettes fiscales provenant des entreprises.

Mais les soldes positifs font figure d’exception. Sur douze cantons ayant publié ou partiellement présenté leurs comptes 2003, seuls trois affichent des chiffres noirs. Outre Appenzell AI, les cantons de Thurgovie et d’Argovie ont aussi réalisé des excédents.

Des rentrées fiscales aléatoires

Neuchâtel, le Jura, Genève et Zurich ont d’ores et déjà annoncé des déficits records.

Explication officielle récurrente de ces bilans «pires» ou «meilleurs que prévu»: les aléas des rentrées fiscales.

A Neuchâtel, les chiffres rouges sont devenus une habitude douloureuse depuis dix ans. Le trou de 2003, qui atteint 63,7 millions de francs, est le pire de cette décennie. Il y a trois semaines, le gouvernement cantonal s’est déplacé en bloc pour présenter ce bilan.

Les ministres enjoignent aussi la population de refuser les initiatives en votation le 28 mars et qui demandent, notamment, une baisse des impôts et une assurance-maternité cantonale.

Comme des dizaines de leurs collègues en Suisse, les conseillers d’Etat neuchâtelois sont aussi fermement opposés au paquet fiscal fédéral soumis en votation le 16 mai prochain et qui les priverait de rentrées importantes.

Le Conseil d’Etat zurichois est également opposé au paquet fiscal. Le ministre des finances Christian Huber de l’Union démocratique du centre (UDC, droite dure) se trouve cependant dans une situation paradoxale.

Un manque à gagner important

Des son côté, Christian Huber a déjà annoncé qu’un nouveau plan d’assainissement serait nécessaire.

Au lieu des 480 millions de déficit budgétés pour 2003, le canton a creusé un trou de plus de 600 millions, un record vraisemblablement tant cantonal que fédéral (excepté la Confédération qui a clos ses comptes avec un minus de 2,8 milliards.) Le résultat détaillé sera présenté le 20 avril.

Selon une enquête de l’Agence télégraphique suisse, le déficit global des 26 cantons devrait s’élever à 2,5 milliards pour l’année 2003, soit 0,5 de plus que budgétés.

Ajoutés aux déficits des communes et de la Confédération, le manque à gagner des finances publiques serait de 7 milliards pour 2003 ou de 9 milliards si l’on y inclut les assurances sociales.

Une situation «dramatique»

L’endettement global pourrait alors atteindre 250 milliards de francs fin 2004, soit 56% du Produit intérieur brut. La Suisse n’est pas loin de la barrière des 60% fixés dans l’Union européenne par les critères de Maastricht.

C’est ce qui ressort des prévisions de l’Administration fédérale des finances, publiées dimanche par la SonntagsZeitung. Cité par l’hebdomadaire, le secrétaire de la Conférence des directeurs cantonaux des finances qualifie la situation de «dramatique».

Pour les cantons, le 16 mai représente un «quitte ou double» vital.

swissinfo, Ariane Gigon Bormann, Zurich

Faits

Sur 12 cantons ayant présenté leurs comptes 2003, 3 affichent des chiffres noirs: AI, TG, AG.
D’autres annoncent des déficits records: Zurich (plus de 600 millions), Genève (env. 500 millions), Neuchâtel (63,7 millions) ou le Jura (16,7 millions).
Vaud, Tessin, Argovie, St-Gall et Lucerne ont aussi adopté des plans d’économies.
Le déficit global des 26 cantons devrait s’élever à 2,5 milliards pour 2003, 0,5 de plus que budgétés.
Cumulés aux déficits des communes et de la Confédération, le manque à gagner des finances publiques serait de 7 milliards pour 2003 ou de 9 milliards avec les assurances sociales.
L’endettement global cumulé pourrait alors atteindre 250 milliards de francs fin 2004, soit 56% du Produit intérieur brut.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×