Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les défis du gouvernement

Le temps n'est pas au beau fixe pour les finances fédérales.

(Keystone)

Maîtriser les finances publiques et relancer la croissance économique. Le Conseil fédéral a finalisé son plan d’action pour les quatre prochaines années.

Pour la première fois, le Parlement devra se prononcer sur les neuf objectifs que s’est fixé le gouvernement d’ici à 2007.

Le document présenté jeudi n’est pas un programme de gouvernement sur le modèle de ce qui se fait dans d’autres pays, mais plutôt un plan d’action. Principaux défis: assainir les finances fédérales et relancer la croissance économique.

Pour la première fois cependant, le Parlement ne se contentera pas d’en prendre acte. Il devra se prononcer sur les neuf objectifs fixés par le Conseil fédéral (gouvernement).

Un Conseil fédéral qui devra gouverner dans des conditions difficiles. Le cadre financier ne laisse guère de marge de manoeuvre et le paysage politique helvétique s'est polarisé après les dernières élections, avertit Joseph Deiss, président de la Confédération.

Encore des coupes budgétaires

En dépit des mesures prises l'an dernier, un deuxième programme d'allégement budgétaire sera nécessaire: quelque 2,5 milliards de francs devront être économisés d'ici à 2007.

Concrètement, le gouvernement a déjà décidé mercredi de renoncer à la création de nouveaux parcs nationaux et naturels. En janvier dernier déjà, il divisait en deux phases le crédit global destiné à raccorder la Suisse au réseau ferroviaire européen à grande vitesse.

En outre, le Conseil fédéral devra veiller plus que par le passé à ce que les projets qu’il examine soient compatibles avec l’objectif du frein à l’endettement.

Objectif croissance

Autre priorité du programme de législature: retrouver le chemin de la croissance économique. Pour ce faire, il s'agit de renforcer la formation et la recherche, d’accroître la concurrence sur le marché intérieur et de développer les infrastructures.

Concernant ce dernier point, le gouvernement va préparer un nouveau projet pour améliorer le trafic d'agglomération, après le rejet par le peuple du contre-projet à l'initiative Avanti.

Le Conseil fédéral entend aussi répondre aux défis posés par l'évolution démographique. Les révisions du régime des retraites (AVS), de l’assurance invalidité (AI) et de la Loi sur l’assurance maladie (LaMAL) sont annoncées.

Ces réformes devront être appliquées avec mesure, car la stabilité sociale et politique est l'un des atouts majeurs de la Suisse. Mais le gouvernement est bien conscient que seul le contexte de croissance économique permettra d’apporter des réponses «socialement supportables» à ces défis.

Réactions contrastées

Pour le Parti radical (centre droit), ce programme gouvernemental n'accorde pas assez d'attention à la formation et la politique sociale. Les démocrates-chrétiens, de leur côté regrettent «l’absence d’un concept général, d’une vision d'avenir pour la Suisse».

Quant à l’'UDC, elle conteste les priorités gouvernementales. Pour le parti de la droite dure, celles-ci «éludent le retrait de la demande d'adhésion à l'Union européenne (UE) et l'assainissement de l'assurance invalidité et retiennent des tâches provoquant des surcoûts».

«On ne peut pas à la fois réduire les recettes fiscales et contraindre l'Etat à l'austérité par le biais d'énormes programmes d'économies», critique pour sa part le Parti socialiste.

«Les décisions du Parlement en faveur du développement durable et de la cohésion sociale vont à l'encontre du programme de législature», renchérit le vice-président des Verts Ueli Leuenberger.

L'Union syndicale suisse (USS) estime pour sa part que la reprise économique déjà en vue rendra caducs les déficits pronostiqués par le gouvernement.

Moins optimiste, Rudolf Walser, d'economiesuisse, juge que la croissance économique ne résoudra les problèmes du vieillissement de la population et du financement des assurances sociales que si le Conseil fédéral lance «des réformes qui font mal».

Europe: un rapport sur l'adhésion pour 2006

Ce programme de législature vise également le renforcement de la position de la Suisse dans le monde. Le Conseil fédéral veut que la Suisse continue à contribuer à la paix, à la réduction de la pauvreté, au respect des droits de l'homme et à la préservation de l'environnement.

Concernant les relations avec l'Union européenne (UE), le gouvernement avait déjà annoncé que l'adhésion n'était pas l'un de ses objectifs pour les quatre prochaines années. Un rapport sur les conséquences de l'adhésion sera néanmoins présenté en 2006.

Ce qui fait dire au Nouveau mouvement européen suisse (Nomes) que la Suisse s'éloigne toujours davantage de l'adhésion. Selon lui, il n’y a aucune raison valable de reporter à une date indéterminée un débat sur l'avenir de la Suisse en Europe.

swissinfo et les agences

En bref

- Au mois de décembre 2003, le Parlement a adopté le plus gros programme d’économies de son histoire. D’ici à 2006, le budget fédéral devrait être réduit de plus de 6 milliards de francs.

- Malgré cela, le plan financier 2005-2007 prévoit des déficits qui pourraient atteindre 2,9 milliards de francs. Et encore, ces calculs ne tiennent-ils pas compte de certaines dépenses et de certaines baisses de recettes qui pourraient survenir durant cette période.

- Ainsi, par exemple, le refus de la 11e révision de l’AVS coûterait 150 millions, la poursuite de la mission de la Swisscoy au Kosovo 30 millions et la nouvelle péréquation financière 280 millions.

- Quant aux frais résultant des négociations bilatérales avec l'UE ou des réformes de l'assurance maladie, ils ne sont pas encore chiffrables.

- Du côté des recettes, on peut s’attendre à des baisses de plus de 2 milliards d’ici à 2007.

- Pour le gouvernement, tout ceci justifie largement la mise en route d'un second plan d'assainissement.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×