Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La perquisition dans l'appartement que les deux hommes louaient près de la gare Saint-Charles a notamment permis de retrouver un fusil-mitrailleur de type Uzi et deux armes de poing chargés et prêts à l'usage.

KEYSTONE/EPA LA PROVENCE / MAXPPP/DAVID ROSSI

(sda-ats)

Les deux hommes interpellés à Marseille et suspectés d'avoir projeté un attentat "imminent" pendant la campagne présidentielle en France ont été mis en examen dimanche, a-t-on appris auprès du parquet de Paris. Ils ont été placés en détention provisoire.

Une information judiciaire a été ouverte notamment pour "association de malfaiteurs terroriste", "acquisition, détention et transport d'armes", et "détention d'éléments composant un engin incendiaire ou explosif".

Un arsenal constitué d'armes à feu, dont un fusil-mitrailleur, et de quantités importantes d'explosifs, a été retrouvé lors de la perquisition du logement loué par les deux hommes arrêtés mardi à Marseille, avait déclaré le même jour le procureur de la République de Paris, François Molins.

Les deux hommes de nationalité française et radicalisés, âgés de 29 et 23 ans, le second converti à l'islam, s'étaient rencontrés en prison et étaient l'objet d'une surveillance depuis des mois. Des objets retrouvés à leur domicile montrent qu'ils se revendiquaient de l'Etat islamique.

Arsenal retrouvé

Selon le procureur, la perquisition dans l'appartement qu'ils louaient près de la gare Saint-Charles a notamment permis de retrouver un fusil-mitrailleur de type Uzi et deux armes de poing chargés et prêts à l'usage.

Les enquêteurs ont également retrouvé trois kilos d'explosif de type TATP, également en partie prêts à l'usage, ainsi que des produits et matériaux utilisables pour la fabrication d'engins explosifs, a précisé François Molins. "Les éléments recueillis attestent que ces deux hommes se préparaient à une action violente", sans qu'on puisse déterminer à ce stade le jour ou les cibles visées, avait-il ajouté.

ATS