Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les enchères pour les licences UMTS suisses risquent le flop

Marc Furrer, directeur de l'Ofcom, face à la presse vendredi à Bienne.

(Keystone)

Après le retrait de quatre opérateurs, il ne reste plus que cinq candidats pour les quatre concessions pour la téléphonie mobile de la troisième génération qui seront mises aux enchères lundi. Berne risque de ne pas encaisser les milliards escomptés.

Coup de théâtre. Alors que la bataille s'annonçait rude et milliardaire, les enchères helvétiques pour les licences UMTS de téléphonie mobile pourraient se terminer en queue de poisson. Coup sur coup, Cablecom, Telenor (Norvège), Hutchison (Hong Kong) et Deutsche Telekom, l'un des favoris, ont jeté l'éponge.

Résultat, il ne reste plus en course que cinq candidats pour quatre licences, soit Swisscom, Orange, diAx, Sunrise et Telefonica, alors qu'en début de semaine neuf opérateurs étaient encore sur les rangs. Comme il n'est pas certain que l'espagnol Telefonica, qui fait cavalier seul suite au retrait de ses deux partenaires, demeure longtemps en lice, les enchères pourraient s'achever rapidement.

En cas de nouveau retrait, les opérateurs toujours en lice se verront automatiquement attribuer une licence. «Il n'y aurait aucune raison de faire une vente aux enchères s'il ne restait que quatre candidats intéressés», estime Marc Furrer, directeur de l'Office fédéral de la communication.

En Allemagne, six sociétés ont déboursé au total 50,5 milliards d'euros (77 milliards de francs) pour les licences UMTS. En Grande-Bretagne, le gouvernement a encaissé 38,5 milliards d'euros. En Suisse, avec neuf candidats, la Confédération espérait empocher entre 3 et 10 milliards de francs. D'ailleurs Berne a inscrit à son budget un montant de 4 milliards.

En fait, on pourrait se diriger vers un scénario à l'italienne où après le retrait du seul candidat surnuméraire, les licences ont été attribuées à la moitié du prix escompté par le gouvernement. Comme Berne a fixé à seulement 50 millions de francs le prix minimal de chaque concession UMTS, la vente de lundi pourrait se terminer sur un fiasco pour la Confédération qui n'engrangerait que 200 millions.

Les opérateurs gagnants pourront ainsi davantage investir dans les infrastructures et les services, au lieu de débourser un pactole pour une licence. A la grande joie des consommateurs.

Luigino Canal

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×