Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les excuses de la «cow-girl» au ministre

C'est promis, à l'avenir, l'ex-miss Texas sera plus discrète.

Shawne Fielding, épouse de l'ambassadeur de Suisse à Berlin Thomas Borer, s'est excusé samedi dans une lettre ouverte au conseiller fédéral Joseph Deiss pour les photos parues dans l'hebdomadaire populaire Max. Soucieuse de se racheter, elle ne prendra pas part à l'inauguration de l'ambassade prévue vendredi 11 mai.

Shawne Fielding se dit notamment préoccupée d'avoir placé le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) par inadvertance dans une position difficile. «Je suis désolée d'avoir mal apprécié l'impact des clichés de Max», qui ont conduit à des pressions politiques et médiatiques, ajoute-t-elle.

Mme Fielding relève qu'elle a déjà conduit des douzaines d'interviews dans le cadre de l'ambassade ou de la résidence, visant à promouvoir la Suisse et notamment son tourisme. «Je ne le ferai dorénavant qu'avec la permission écrite du DFAE et n'assisterai pas à l'inauguration de l'ambassade, vu que j'y serais certainement à nouveau photographiée et filmée», précise-t-elle.

Le service de presse du DFAE a confirmé l'arrivée de la lettre. Shawne Fielding a envoyé des excuses à Berne de sa propre initiative, a assuré son chef Ruedi Christen, qui n'a pas souhaité faire de commentaires.

L'épouse de Thomas Borer avait notamment posé déguisée en «cow-girl des Alpes» et en pin-up américaine sur le toit et à l'intérieur de l'ambassade, quelques jours avant l'inauguration du nouveau bâtiment. Publiées dans Max Magazine, ces images sont également disponibles sur l'internet et Thomas Borer apparaît sur deux d'entre elles.

A Berne, ce reportage photo a suscité des réactions critiques, certaines voix exigeant le retrait du diplomate. Joseph Deiss a demandé que l'on clarifie les conditions dans lesquelles il a été réalisé avant de décider s'il convient de prendre des mesures.

En décembre dernier, le ministre des affaires étrangères avait déjà prié son ambassadeur à Berlin de se tenir désormais à l'écart des médias. Dans une émission satirique de la TV alémanique en effet, Thomas Borer avait traité Klaus Meine - le chanteur du groupe Scorpions - de «pédé», après avoir vu une photo de sa blonde épouse assise sur les genoux du rocker allemand. Le diplomate s'était ensuite excusé publiquement.

Par ailleurs, le couple Borer-Fielding alimente régulièrement la chronique mondaine berlinoise en organisant de grandes réceptions qui tiennent plus du clinquant hollywoodien que de l'austérité diplomatique.

swissinfo avec les agences


Liens

×