Les Femmes PDC pour le régime du délai

Les femmes PDC ont suivi Ruth Metzler. Keystone

Elles ont soutenu par 46 voix contre 21 cette décriminalisation de l'avortement, lors de leur assemblée des déléguées, samedi à Muttenz.

Ce contenu a été publié le 20 avril 2002 - 17:33

Les femmes PDC ont ainsi suivi l'avis de Ruth Metzler. La conseillère fédérale, également PDC, a en effet plaidé en faveur du régime des délais.

Selon la ministre de la justice, le statu-quo n'est pas une alternative. Il est «malhonnête et paradoxal».

Il ne s'agit pas d'une position personnelle, a précisé la conseillère fédérale. Mais il faut déterminer le comportement de l'Etat envers les femmes qui doivent prendre la décision, hautement personnelle, d'avorter.

Modèle PDC

La présidente des Femmes PDC, Ida Glanzmann, et quatre conseillères nationales ont défendu le non. Elle ont affiché leur préférence pour le modèle qu'avait défendu le PDC au Parlement.

Ce dernier prévoyait l'obligation pour les femmes de consulter un centre spécialisé avant une interruption volontaire de grossesse.

Dilemme

La discussion, des plus intenses, a bien montré que les femmes PDC se trouvent devant un dilemme. Le thème est particulièrement délicat pour un parti chrétien. L'ex-présidente des femmes PDC, Brigitte Hauser, a même plaidé pour une voie médiane: la liberté de vote.

Elle a souligné que de nombreuses femmes du parti avaient déjà fait un grand pas en acceptant le modèle PDC avec consultation obligatoire. Pour elles, il n'est pas possible d'aller plus loin.

Ruth Metzler ravie

Finalement, cette liberté de vote a été refusée, par 40 voix contre 29. Ruth Metzler ne s'attendait pas à un oui si net: elle s'en est réjouie après l'assemblée.

La conseillère fédérale a conclu en soulignant que cette prise de position ne manquerait pas de relancer la discussion au sein de l'ensemble du parti. Dont l'assemblée générale doit avoir lieu samedi prochain.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article