Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les Ferrari reines de Monaco

L'Allemand Michael Schumacher fête sa cinquième victoire à Monaco.

(Keystone)

Michael Schumacher a remporté au volant de sa Ferrari le Grand Prix de Monaco, septième manche du Championnat du monde de Formule 1. Le pilote allemand s'est imposé devant son coéquipier brésilien Rubens Barrichello et le Britannique Eddie Irvine (Jaguar). Pour l'équipe Sauber, la malchance était au rendez-vous et Kimi Raikkonen a terminé en queue du classement.

En s'imposant pour la quatrième fois de la saison, Michael Schumacher a par ailleurs porté à 48 le nombre de ses victoires en Grand Prix. Le champion du monde en titre a par ailleurs conforté sa position en tête du Championnat, où il totalise désormais 52 points, soit 12 de mieux que le grand malchanceux de la course monégasque, David Coulthard.

En fait, ce Grand Prix de Monaco, couru sous un soleil éclatant et devant une foule considérable, s'est joué dès avant le départ de la course. Meilleur temps des essais, Coulthard calait sur la grille à l'entame du tour de chauffe. Le Britannique devait de ce fait placer sa McLaren-Mercedes en queue de peloton pour le véritable départ, perdant toute chance de victoire.

Privé de la menace représentée par Davild Coulthard, Michael Schumacher a facilement triomphé. Ce d'autant que le Finlandais Mika Hakkinen, sur la deuxième McLaren-Mercedes, était éliminé prématurément. A l'instar des deux Williams-BMW du Colombien Juan Pablo Montoya et de son frère, Ralf. Parti en tête, il ne devait céder le commandement de la course que durant cinq tours à son coéquipier Barrichello, le temps pour lui de ravitailler. Et c'est de manière souveraine que les Ferrari signaient ce nouveau doublé, le 51e pour la «scuderia».

Fort discrète jusqu'ici, Jaguar a enfin marqué ses premiers points. Et la firme britannique l'a fait de brillante manière puisque Irvine s'est hissé sur le podium. Autre satisfaction, celle enregistrée par l'écurie Prost-Acer avec la sixième place de Jean Alesi, derrière le Canadien Jacques Villeneuve (BAR-Honda) et Coulthard.

Peter Sauber par contre aura connu un week-end noir à Monaco. Déjà à la peine lors des essais, avec ses deux voitures en huitième ligne seulement, l'écurie helvétique n'a pas été plus heureuse en course. Nick Heidfeld tapait en effet une glissière dès le premier des 78 tours, au virage du «portier».

L'Allemand se retrouvait ainsi prématurément éliminé. Un moment huitième de la course, Kimi Raikkonen connaissait lui des problèmes mécaniques et devait rentrer à son stand au 15e tour déjà. Longtemps immobilisé, le jeune Finlandais reprenait la piste, mais avec quatre tours de retard. Il terminait finalement l'épreuve, mais au dixième et dernier rang.

swissinfo avec les agences


Liens

×