Les investisseurs de 4M Technologies se dévoilent

4M Technologies fabrique des lignes de production pour CD et DVD. Keystone Archive

Rassemblés dans un groupe nommé Pegasus, ils comptent parmi eux l'ancien patron de la SBS, Georges Blum. Une lueur d'espoir.

Ce contenu a été publié le 12 février 2002 - 16:50

La société opérationnelle de 4M Technologies Holding, qui n'occupe plus qu'une petite centaine de personnes, est au bénéfice du sursis concordataire jusqu'à fin mars. Le groupe vaudois a essuyé une perte nette de 33,38 millions de francs entre janvier et septembre de l'an passé et un déficit total de 72,5 millions de francs en 2000.

Désormais, l'avenir semble moins sombre, grâce à un groupe d'investisseurs qui vient de...sortir de l'ombre. Sous un non de code original: Pegasus. Dans un récent communiqué, le fabricant de lignes de production pour CD et DVD présente ce groupe comme «un syndicat d'investisseurs». Dans ses rangs figurent l'ancien patron de la SBS, Georges Blum ainsi que Stephen Grey et Nicolas Grey.

Décision de la justice attendue

Dans un contrat passé le 31 janvier dernier, Pegasus a obtenu le droit d'acheter des options sur 280 003 actions nominatives d'une valeur de 10 francs, correspondant à 20% des droits de vote de 4M.

L'entreprise yverdonnoise précise toutefois que ces investisseurs n'exerceront leur prérogative que «sous certaines conditions». Concrètement, cela signifie que Pegasus n'entrera dans le capital de 4M que si les actionnaires donnent leur feu vert au projet qui leur sera proposé le 22 février prochain. Il leur est proposé de recapitaliser l'entreprise à hauteur de plus de 82 millions de francs en tout.

Autre condition: les investisseurs veulent que le concordat de 4M Multimédia Masters & Machinery - c'est-à-dire la filiale opérationnelle de 4M - soit homologué. La demande est pendante et la décision du juge devrait tomber avant l'assemblée des actionnaires

L'accord dont bénéficie Pegasus prévoit en outre qu'Adel Michael, le président de 4M, se réserve des options d'achat portant sur quelque 93 000 actions, soit 6,67% des droits de vote.

Le Credit Suisse Group, la Banque Julius Bär -qui avait introduit 4M en Bourse -, l'UBS et la Royal Bank of Scotland sont parties prenantes à l'accord. Si celui-ci est appliqué, les droits de vote de ces établissements tomberont à moins de 5% après augmentation du capital-actions.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article