Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les jeunes réclament une politique cohérente

Le CSAJ propose notamment la création d'un bureau fédéral de l'enfance et de la jeunesse.

(Keystone)

La Suisse ne dispose pas de politique de l'enfance, ni de la jeunesse cohérentes. Le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse exige une loi-cadre adéquate et propose la création d´un bureau fédéral de l´enfance et de la jeunesse.

La politique actuelle de l'enfance et de la jeunesse se caractérise en effet par un manque de coordination et un morcellement. Du coup, celui qui a une question importante concernant les enfants et les jeunes doit aujourd'hui frapper à la porte de dix offices et départements différents.

Par ailleurs, une certaine confusion règne quant aux compétences respectives entre communes, cantons et Confédération.

Enfin, outre la Commission fédérale de la jeunesse (CFJ), il n'y a qu'une seule personne en Suisse, le délégué à la jeunesse au sein de l'Office fédéral de la culture (OFC), qui s'occupe de la politique de la jeunesse. Les moyens dont disposent les cantons en la matière restent également dérisoires.

Ce sont les conclusions du rapport sur la politique de l'enfance et de la jeunesse, présenté mardi à Berne par le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse(CSAJ). Si l'encouragement et la protection de l'enfance et de la jeunesse sont inscrits dans la Constitution, il n'existe pas encore de loi-cadre adéquate. C'est pourquoi le CSAJ a demandé mardi à la Confédération et au Parlement de combler ce vide juridique.

«Les enfants et les jeunes ne pourront être les supports de la société de demain que si leurs besoins sont pris en compte aujourd'hui», a souligné Stéphane Montangero, président du CSAJ. Une motion en ce sens a déjà été déposée au Parlement le 27 septembre dernier.

Dans le contexte de cette loi, le CSAJ propose aussi la création d'un bureau fédéral de l'enfance et de la jeunesse. En plus de ses tâches en matière d'information, de coordination et de consultation, celui-ci devrait aussi participer à la mise en place d'une politique de l'enfance et de la jeunesse au plan national. Les enfants et les jeunes devraient en outre être associés aux discussions et aux décisions qui les concernent.

Par ailleurs, la loi-cadre devrait englober la loi d'encouragement à la jeunesse existante et la Commission fédérale de la jeunesse (CFJ). Elle devrait aussi prévoir la création, selon le même modèle, d'une loi d'encouragement à l'enfance et d'une Commission fédérale de l'enfance (CFE). Enfin, la loi devrait contenir un mandat très clair à l'égard des cantons.

Le CSAJ a encore souligné la nécessité de ne pas confondre l'encouragement de l'enfance et celui de la jeunesse. On ne peut expliquer les dangers de la cigarette de la même manière à une enfant qui joue au sable et à une adolescente. Deux politiques distinctes sont donc nécessaires pour répondre aux divers besoins des enfants et des jeunes par des actions ciblées.

Le CASJ est le porte-parole de 85 organisations de jeunesse en Suisse et représente près d'un demi-million de jeunes.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×