Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les jokers romands de Lugano

«A Lugano la culture sportive est plus développée, les gens vivent le sport intensément».

(Keystone)

En hockey sur glace, Lugano a échoué sur le fil. Mais l'espoir de décrocher le titre national subsiste encore pour les Tessinois en basket-ball et en football. Si à Lugano les clubs sportifs jouent les têtes d'affiche, ils le doivent en grande partie aux Romands.

Biaggi, Magnin, Gaspoz, Rothenbüler, Conne, Aeschlimann, Vauclair, Fuchs, Voisard, Keller, Jeannin, Cadieux ou Koller. Les Romands ont la cote à Lugano. Et les clubs pour lesquels ils transpirent jouent les premiers rôles. Mais pourquoi cet exil?

«Pour l'exotisme, le soleil avant tout», plaisante Patrick Koller. Le capitaine de l'équipe nationale de basket-ball se sent en effet bien au Tessin. «Ici la culture sportive est plus développée et même s'ils ne viennent pas forcément au stade les gens vivent le sport intensément. Et puis les sportifs savent qu'en venant ici ils auront les moyens de se battre pour le titre», ajoute l'ancien joueur de Fribourg Olympic.

Structures, résultats mais surtout moyens financiers. La victoire et le spectacle ont un prix. Dans ce coin du Tessin, sport, argent et politique font bon ménage. Les sommes, dont l'origine a parfois été mise en doute dans la presse, donnent le tournis. Elles expliquent en tous les cas cette «razzia» luganaise.

Additionnés, les budgets des clubs atteignent allégrement les 15 à 20 millions de francs. Officiellement en tous les cas. Et trois hommes clefs soutiennent cette vie sportive. Une affaire de professionnels.

Helios Jermini (football), Geo Mantegazza (hockey) et Giovanni Antonini (basket) distribuent les dollars. Figure emblématique du mécénat, le milliardaire Geo Mantegazza - dont l'enlèvement fin 1995 avait fait grand bruit - efface depuis de nombreuses années les ardoises du club de la Resega. «L'ingegnere» assure également les salaires des stars de l'équipe de hockey.

La ville de Lugano participe aussi aux aventures sportives de ses clubs. Les millions investis dans la nouvelle Resega, dans la réfection et les agrandissements du Cornaredo et la volonté affichée de bâtir rapidement une nouvelle salle pour accueillir les basketteurs en sont des preuves tangibles.

Mathias Froidevaux


Liens

×