Les Juifs de Suisse gardent la tête froide

Un policier en poste devant la synagogue de Genève. Keystone Archive

«Pas de panique». C'est en substance le message des communautés israélites de Suisse après les attentats anti-juifs de France et de Belgique.

Ce contenu a été publié le 02 avril 2002 - 18:58

Après les attentats perpétrés ce week-end contre des synagogues, Alfred Donath, se veut rassurant.

«Nous sommes bien entendu en contact avec les polices cantonales et fédérale, confie le président de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI). Mais, pour l'instant, en Suisse, aucune menace n'a été proférée contre un bâtiment juif.»

Et Alfred Donath d'ajouter: «Les mesures de sécurité nécessaires sont prises et nous nous sommes contentés de nous assurer que tout fonctionnait bien».

Le spectre de l'antisémitisme

Alfred Donath ne nie pas que les attentats perpétrés en France et en Belgique sont inquiétants. Ils montrent, en tous cas, que le conflit du Proche-Orient peut provoquer de graves tensions en Europe.

«Plus grave, craint le président de la FSCI, certains groupes pourraient se saisir du prétexte pour exprimer leur antisémitisme.» Raison pour laquelle l'Office fédéral de la police garde l'œil ouvert.

L'OFP ne manquera pas - si le besoin s'en fait sentir - de demander un effort particulier aux polices cantonales. C'est elles, en effet, qui sont responsables de la sécurité des bâtiments.

«Depuis les attentats anti-américains du 11 septembre 2001, rappelle Danièle Bersier, porte-parole de la police fédérale, les intérêts israéliens et américains en Suisse ont fait l'objet de mesures de sécurité particulières.»

swissinfo/Jonathan Summerton

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article