Les temps changent, même pour les Milices vaudoises. A la peine pour recruter de nouveaux membres, elles s'ouvrent aux femmes et aux étrangers.

"Ça devient urgent, surtout pour les cavaliers", indique jeudi Marinette Charlet, déléguée médias des Milices vaudoises en revenant sur un article de La Région. Face au manque de relève, les critères d'admission sont revus.

Pas d'autre solution

Jusqu'à présent, les conditions étaient strictes: homme suisse, militaire et très bon cavalier. "Les cavaliers et leurs chevaux prennent de l'âge et aujourd'hui 80% des cavaliers sont des femmes. Il n'y a pas d'autres solutions" que d'évoluer, explique Marinette Charlet.

La réforme devrait être approuvée lors de l'assemblée générale du 28 mars à Lausanne. A partir de là, les Milices vaudoises accueilleront des hommes et des femmes. L'obligation d'avoir servi à l'armée ne sera plus exigée et les étrangers avec un permis C seront les bienvenus.

Trois troupes

Pour rappel, après l'annonce de la suppression de la cavalerie en 1972, l'assemblée constitutive des Milices vaudoises s'est tenue en 1985 au Musée du Cheval de la Sarraz (VD). Le but: maintenir dans un esprit confédéral le patrimoine militaire vaudois des troupes à pied, montées et hippomobiles.

Les milices doivent effectuer des services d'honneur lors de manifestations et de fêtes patriotiques. Elles ont pour ambition également de "promouvoir la cause du cheval et de l'équitation de style militaire dans le canton de Vaud". Elles comptent actuellement 120 hommes et 60 chevaux.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.