Les néo-nazis de Suisse veulent s'unir

Le chef de la police fédérale, Urs von Daeniken, veut empêcher la création de cette organisation. Keystone

Les mouvements d'extrême-droite ont l'intention de se rassembler dans une organisation faîtière au niveau national. Le projet est connu de la police fédérale depuis le début de l'année. Elle veut le stopper par tous les moyens.

Ce contenu a été publié le 10 septembre 2000 - 17:38

Le chef de la police fédérale, Urs von Daeniken, parle de danger. Dans une interview publiée par le «SonntagsBlick», il estime que si une organisation faîtière nationale et fonctionnelle d'extrémistes de droite, prêts à user de violence, devait voir le jour, le potentiel de risques en serait nettement plus fort.

L'organisation s'appellerait «Nationale Aufbau-Organisation» (NAO) -«Organisation pour le développement national». Son objectif est de réunir en une force politique nationale les skinheads et les extrémistes de droite non organisés.

La police fédérale veut empêcher par tous les moyens la création de cette organisation. Mais elle a besoin pour cela d'un soutien politique et médiatique, a encore déclaré son chef Urs von Daeniken.

A la connaissance de la police fédérale, l'extrême-droite connaît une forte expansion. Le nombre exact de ses membres n'est pas encore connu, mais des estimations font état d'un noyau dur de 20 à 100 personnes.

Face à cette présence croissante de l'extrême droite, environ 1000 personnes ont manifesté samedi à Liestal (BL). Parmi elles: l'ancien conseiller fédéral Otto Stich. La montée du phénomène a atteint un niveau intolérable en Suisse, a déclaré l'ancien ministre socialiste.

La réunion faisait suite à un cortège dans cette même localité d'une vingtaine de skinheads le 17 août dernier pour commémorer l'anniversaire de la mort de Rudolf Hess, le bras droit d'Adolf Hitler. Même si le cortège était autorisé, les forces de l'ordre se sont mobilisées avec 238 agents.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article