Les ours de Samuel Schmid à Chillon

Le Château de Chillon, sur la Riviera vaudoise, accueille «Histoires d'ours», une exposition consacrée à cet animal adulé, puis honni en Europe avant de devenir le meilleur ami des enfants. Parmi les peluches et statuettes exposées, une partie ont été prêtées par l'ancien ministre de la Défense Samuel Schmid.

Ce contenu a été publié le 18 mars 2009 - 15:17

Visible du 20 mars au 28 juin dans les salles de la forteresse médiévale (un des monuments les plus visités de Suisse), l'exposition illustre l'étroite relation entre le château et le plantigrade. La tête de l'ours qui orne le blason de Berne est encore visible sur une des façades de l'édifice, souvenir de 262 ans d'occupation bernoise.

Symbole de pouvoir, de force et de courage, l'ours est considéré jusqu'au XIIIe siècle comme le roi des animaux en Europe. Mais l'Eglise n'aime pas ces cultes païens. L'animal est chassé, dompté, ridiculisé, abattu et diabolisé. Il devient l'incarnation de vices comme la gloutonnerie et la paresse, avant de se transformer dès le XIXe siècle en nounours, protecteur des petits.

Avec son exposition, le château de Chillon raconte cette histoire, notamment à l'aide de petits ours (jouets et sculptures) empruntés à des collections particulières, dont celle de Samuel Schmid, qui sera présent lors du vernissage le 30 mars.

Au faîte de sa carrière, l'ancien ministre de la Défense a reçu des centaines de peluches et de statuettes d'ours, qu'il collectionne depuis une quinzaine d'années. Deux sont même grandeur nature. L'un flanque sa villa et l'autre se dressera bientôt sur la place de son village, Rüti bei Büren, dans le canton de Berne.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article