Les poids lourds de la Bourse suisse courtisent les petits actionnaires

La loi, modifiée au départ pour faciliter l'accès aux start-up, profite surtout à l'économie traditionnelle. Keystone

Nestlé, Novartis, UBS, ABB, Roche, les géants de l'économie suisse profitent de la nouvelle loi sur les sociétés pour réduire la valeur nominale de leur action. Les particuliers pourront ainsi plus facilement acquérir leurs titres.

Ce contenu a été publié le 24 mars 2001 - 11:54

Va-t-on assister à un renouveau du capitalisme populaire? Pour séduire les particuliers, les valeurs vedettes de la Bourse ont décidé de réduire le ticket d'entrée dans leur capital. Aujourd'hui, 15 des 29 titres du Swiss Market Index affichent un cours supérieur à 1000 francs suisses et seule l'action de Syngenta coûte moins de 100 francs. Un record mondial de cherté.

A ce niveau, les titres des grands groupes helvétiques sont souvent inabordables pour les petits investisseurs ou le grand public. Mais la situation va changer radicalement. A partir du 1er mai, la nouvelle loi sur les sociétés anonymes autorise les entreprises suisses à réduire jusqu'à un centime la valeur nominale de leurs titres, contre 10 francs actuellement.

Nestlé, Novartis, UBS, ABB, Kudeslki, Clariant ont déjà annoncé ces dernières semaines qu'ils allaient utiliser cette possibilité. Même Roche va suivre le mouvement et fractionner ses titres par 100. Avec un bon de jouissance qui a dépassé les l8 500 francs l'an passé, le géant pharmaceutique bâlois était le symbole de la cherté des titres de la place boursière helvétique.

La modification de la loi avait été décidée pour faciliter la distribution de stock-options dans les start-up, mais, paradoxalement, ce sont surtout les grandes sociétés de l'ancienne économie qui en profitent.

A l'avenir, des cotations supérieures à 500 francs suisses devraient être l'exception. Dans un pays où déjà une personne sur trois est actionnaire, ce fractionnement du cours pourrait inciter les Suisses à acheter encore plus de titres. Du moins une fois que la tourmente boursière actuelle se sera calmée.

Luigino Canal

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article