Les portails financiers n'ont plus la cote

swissinfo.ch

Après la débâcle de Vontobel, les pertes de Swissquote et les déboires de La Poste, c'est Zurich Financial qui renonce à son portail électronique.

Ce contenu a été publié le 21 mars 2002 - 17:06

L'écroulement de la bulle spéculative sur l'Internet n'en finit pas de faire des victimes. C'est maintenant Zurich Financial Services qui abandonne son projet dans la finance électronique. Selon le Wall Street Journal Europe, le groupe aurait perdu 300 millions d'euros dans l'aventure.

Des millions de pertes

Le site de l'assureur zurichois n'est que le dernier échec d'une longue liste. L'an dernier, Vontobel a renvoyé sa banque virtuelle, baptisée Y-O-U, aux oubliettes. Au total, cette débâcle lui aura coûté quelque 206 millions de francs et une partie de sa crédibilité.

Trois hauts dirigeants de la banque ont même été licenciés. Le projet de sa consœur Julius Bär a connu le même sort et laissé une ardoise de 45 millions.

Autre victime, Swissquote, dont le chiffre d'affaires a reculé en 2001 de 12,6% à 13,2 millions de francs. Face à la perte nette de 17,9 millions de francs enregistrée l'an passé, le courtier vaudois de services financiers on-line a dû tailler dans ses effectifs qui vont passer de 159 à 110 personnes.

La semaine passée, c'est La Poste qui annonçait qu'elle allait débrancher, "faute de rentabilité" son site financier grand public yellowworld.ch. Il n'aura survécu que trente mois et coûté environ 70 millions au géant jaune.

Un secteur en restructuration

Tous les portails de services bancaires et financiers en ligne subissent de plein fouet tant l'écroulement de la Nouvelle économie que la baisse des marchés boursiers mondiaux. Le secteur est en pleine restructuration. Les courtiers sur Internet se recentrent sur leur marché national et se délestent des filiales non rentables. Faillites, alliances et rachats se multiplient.

En Suisse, on dénombre une vingtaine de courtiers en ligne. A terme, moins de la moitié devraient survivre. Bien que le marché potentiel soit estimé à 500 000 clients, on ne compte actuellement qu'environ 100 000 comptes ouverts.

Selon les chiffres 2001, c'est Youtrade, le portail du Credit Suisse qui domine le marché avec quelque 30 000 comptes. Suivent Consors et Swissquote avec 10 000 clients chacun, puis Tradepac (UBS avec 9000 comptes), Easy Trading (Banque Cantonale de Bâle, 7000) et E-sider (Banque Cantonale Vaudoise, 5000).

Tous sont à la peine. Mais cela n'a pas découragé le groupe d'assurances Swiss Life. Il vient de lancer Redsafe.com, un portail financier qui propose non seulement des transactions boursières ou bancaires, mais aussi des produits d'assurances. Plus de 75 millions ont été investit en deux ans de travaux.

Redsafe espère atteindre son seuil de rentabilité en 2004 avec 55 000 clients. Une limite qui semble très optimiste face à la morosité boursière actuelle.

swissinfo/Luigino Canal

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article