Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les poules privées de sortie pour sept semaines

Dès mardi, les poules suisses sont privées de sortie.

(Keystone)

Dès aujourd'hui, les volailles devront rester au poulailler. La Confédération et les cantons discutent encore d'un régime unifié.

Par ailleurs, toujours à cause de la grippe aviaire, les ventes de poulet ont sensiblement diminué ces derniers jours.

L'interdiction provisoire d'élevage en plein air est entrée en vigueur mardi. Pour éviter les risques de transmission de grippe aviaire par les oiseaux migrateurs, le Conseil fédéral (gouvernement) a décidé d'introduire cette mesure jusqu'au 15 décembre, qui correspond à la fin de la migration d'hiver des oiseaux provenant de l'Europe de l'Est.

La Suisse suit ainsi la politique menée par l'Allemagne et l'Autriche. Le Liechtenstein a pris une décision identique vendredi dernier. Il s'agit d'une mesure préventive visant à tout mettre en oeuvre pour empêcher l'apparition du virus en Suisse, selon l'Office vétérinaire fédéral (OVF).

Dérogations exceptionnelles

Parallèlement, le Conseil fédéral a interdit les marchés, les expositions de volailles et toute autre manifestation similaire jusqu'à la même date. L'interdiction de gambader à l'air libre frappe la volaille d'élevage et celle de race ainsi que les oiseaux d'ornement.

Dès mardi, poules, dindes, pintades, perdrix, faisans, cailles, canards, oies, autruches et autres oiseaux coureurs devront être détenus dans des poulaillers ou dans d'autres systèmes d'élevage clos empêchant toute intrusion d'oiseaux.

85% des éleveurs environ disposent des installations adéquates pour confiner leurs animaux. Mais si les conditions d'élevage ne permettent pas de tels confinements, les vétérinaires cantonaux pourront accorder des dérogations exceptionnelles.

Régime unifié

Lundi, les premières demandes commençaient déjà à arriver, alors que l'Office vétérinaire fédéral et les cantons planchent encore sur les recommandations liées aux dérogations. L'enjeu des discussions, qui se poursuivent jusqu'à mardi, est de coordonner les mesures au plan fédéral.

Les cantons et les vétérinaires cantonaux étant chargés de l'application de l'interdiction, il s'agit d'assurer une pratique uniforme dans tout le pays. L'OVF veut déterminer, de concert avec les instances cantonales, les cas où les éleveurs de volailles peuvent être dispensés.

Ce qui est certain pour l'heure c'est que les détenteurs de volaille qui bénéficieront d'une exception devront faire examiner leurs bêtes au moins tous les quinze jours.

Quant aux propriétaires qui violeront l'ordonnance du Conseil fédéral ou les prescriptions du vétérinaire cantonal, ils s'exposeront à des amendes salées. Les manquements tomberont sous le coup de la loi fédérale sur les épizooties, qui prévoit jusqu'à 20'000 francs d'amende et jusqu'à huit mois de prison.

Baisse des ventes

L'Office fédéral de la santé publique (OFPS) a par ailleurs précisé que les étiquetages «élevé en plein air» ou «bio» sur les produits de consommation demeurent inchangés durant l'interdiction provisoire.

Ces derniers jours, les ventes de poulet ont diminué, selon les grands distributeurs. Coop a vendu près de 20% de moins de poulets durant le week-end, indique son porte-parole Karl Weisskopf. Chez Migros, le recul avoisine 10%, précise son porte-parole Urs-Peter Naef.

swissinfo et les agences

Faits

La souche H5N1 a été repérée pour la première fois à Hong Kong en 1997, où elle a causé la mort et la destruction de 1,5 million d'oiseaux. Dix-huit personnes étaient tombées malades, dont six sont décédées.
Elle est réapparue en 2003 en Corée du Sud et a touché plusieurs pays d'Asie - Chine, Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Laos et Indonésie.
L'été dernier, elle a fait son apparition en Russie et au Kazakhstan, et plus récemment en Turquie, en Roumanie et en Grande-Bretagne.
Jusqu'ici, le H5N1 a tué au moins 60 personnes.

Fin de l'infobox

En bref

- Pour éviter les risques de transmission de grippe aviaire par les oiseaux migrateurs, le Conseil fédéral (gouvernement) a décidé d'interdire l'élevage en plein air jusqu'au 15 décembre.

- La date correspond à la fin de la migration d'hiver des oiseaux provenant de l'Europe de l'Est.

- La Suisse suit ainsi la politique menée par l'Allemagne et l'Autriche. Le Liechtenstein a pris une décision identique vendredi.

- Parallèlement, le Conseil fédéral a interdit les marchés, les expositions de volailles et toute autre manifestation similaire jusqu'à la même date.

- Selon l'Office vétérinaire fédéral, il s'agit d'une mesure préventive visant à tout mettre en oeuvre pour empêcher l'apparition du virus en Suisse.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.