Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les Reds d'Henchoz contre les Roses d'Alavès

Henchoz aux prises avec Rivaldo lors du match contre Barcelone. Mercredi, les "Reds" se retrouvent face à un club espagnol.

(Keystone Archive)

Le footballeur suisse, Stéphane Henchoz, joue avec Liverpool, mercredi soir, pour une 3e coupe, celle de l'UEFA. Deux grands libéros d'antan, Gabet Chapuisat et Alain Geiger, donnent leur avis sur le défenseur de Liverpool.

Le Vaudois Gabet Chapuisat et le Valaisan Alain Geiger ont marqué l'histoire du football suisse. Le premier fut le meilleur libéro des années 70-80. Le second des années 80-90. Tous deux évoluèrent à l'étranger: Chapuisat au FC Paris, Geiger à l'AS St-Etienne. De même, tous deux participèrent aux coupes d'Europe.

C'est pourquoi, leur avis sur Stéphane Henchoz intéressent swissinfo. L'ancien libéro du Lausanne-Sports et du FC Zurich, Gabet Chapuisat, trouve que Stéphane Henchoz maîtrise fort bien son travail de couverture mutuelle, avec son coéquipier finlandais Hyppia, au centre de la défense de Liverpool.

«Contrairement à moi, précise Gabet Chapuisat, Stéphane Henchoz possède un très bon jeu de tête. De surcroît, il est doté d'un excellent sens du placement et d'une bonne lecture du jeu.»

«Cela dit, souligne Gabet Chapuisat, j'étais plus rapide que lui. Je le trouve un peu lourd et nonchalant en certaines circonstances. Et pas toujours très précis dans sa relance. Mais c'est sans doute le jeu de contre propre à Liverpool qui le pousse à balancer de longues balles en avant.»

Pour sa part, Alain Geiger, l'ancien libéro de la Nati d'Hogdson (Mondial 94), aujourd'hui entraîneur d'un Xamax sauvé de la relégation en LNB: «J'ai partagé la chambre de Stéphane Henchoz lorsqu'il a débuté en équipe nationale suisse».

«A l'époque, précise Alain Geiger, Stéphane était un garçon extrêmement réservé et timide. Ce fut l'occasion pour l'ancien que je devenais de prodiguer un maximum de conseils à celui qui allait prendre ma relève, en tant que patron de la défense helvétique.»

«Stéphane Henchoz, souligne Alain Geiger, est un joueur de grande classe, qui n'est pas facile à contourner. Pour un défenseur, il possède une belle technique. Sur le plan psychologique, sa personnalité s'est affirmée. Il me semble avoir énormément progressé depuis qu'il évolue en Angleterre.»

«En revanche, tempère Alain Geiger, il ne fait pas toujours preuve d'une motivation et d'une concentration maximales. Sans doute est-il victime du grand nombre de matches qu'a disputé Liverpool, cette saison. C'est un joueur qui a besoin d'être sous pression pour donner le meilleur de lui-même.»

Samedi passé, le Liverpool d'Henchoz a bénéficié d'un facteur chance non négligeable pour remporter la Coupe d'Angleterre. Car, reconnaissons-le, Arsenal lui était supérieur.

Mercredi soir, à Dortmund, ce sera le contraire. Liverpool, vu son palmarès, part favori. Car Alavès est un inconnu à ce stade de la compétition. C'est à peine d'ailleurs si l'on sait qu'Alavès est le club de la capitale basque de Vitoria (260 000 habitants), au nord de l'Espagne.

A vrai dire, les Basques espagnols aux maillots roses d'Alavès nous font penser aux footballeurs beatniks de la jeune équipe de l'Ajax d'Amsterdam qui, en 1969, était parvenue en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions. Pour finir par se faire écraser par l'AC Milan du stratège Gianni Rivera (aujourd'hui reconverti politicien italien): 4 à 1.

Et comme l'histoire se répète par cycle, il y avait à cette époque un certain Johann Cruyff qui orchestrait déjà la manœuvre de l'Ajax. Comme il y a aujourd'hui son fils, Jordan Cruyff (ex-Manchester United), qui anime l'attaque d'Alavès.

Finale de l'UEFA, donc, mercredi, à Dortmund, dans la Ruhr ouvrière allemande. Où Stéphane Chapuisat, (fils de Gabet), a connu avec Borussia ses plus belles heures de gloire (Coupe de la Ligue des Champions 1997). Une ville qui pourrait tout aussi bien porter chance à un autre Suisse de Liverpool, Stéphane Henchoz.

Emmanuel Manzi

Avis aux fans: Stéphane Henchoz s'entraînera avec Neuchâtel-Xamax, à la Maladière, durant la dernière semaine de mai.


Liens

×