Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les Rolling Stones dans le caddie de la Migros

Ron Wood, Keith Richards, Mick Jagger, Charlie Watts ont rendez-vous avec Lausanne.

(Keystone Archive)

Ce samedi, 42'000 chanceux iront voir les Rolling Stones à Lausanne, sur invitation de Migros, numéro un du commerce de détail en Suisse. Etonnant, non ?

Rock n'roll, le géant orange ? En choisissant les Stones, il est en tout cas sûr de ratisser large. Et même assagis, les anciens rebelles n'en sont pas encore à faire de la musique de supermarché.

«L'idée a jailli dans une séance marketing sur les dix ans de M-Cumulus», raconte Monika Weibel, porte-parole de Migros. Pour l'anniversaire de ce programme de fidélisation, qui permet d'obtenir des rabais en collectionnant des points, l'entreprise voulait offrir à ses clients «un cadeau extraordinaire».

«Quelqu'un a proposé les Rolling Stones et ça a fait l'effet d'une bombe. L'idée a aussitôt plu à tout le monde, des plus jeunes jusqu'au chef de notre service».

Parfait, mais des rockers sexagénaires collent-ils vraiment à l'image que Migros veut se donner, notamment avec ses pubs TV bien branchées ? Un Robbie Williams, plus jeune n'aurait-il pas mieux convenu ?

«Oui, bien sûr, il est aussi connu, admet Monika Weibel, mais les Rolling Stones, c'est l'Histoire, c'est le groupe le plus connu au monde. Et cela convient bien à notre clientèle, qui est de tous les âges».

Des millions, oui, mais combien ?

Comment le géant orange a-t-il convaincu les géants du rock de venir jouer pour lui ?

«Les négociations ont été bien moins longues que ce à quoi nous nous attendions, note Monika Weibel. Il a fallu expliquer ce qu'est Migros et que nous voulions offrir un cadeau aux membres de M-Cumulus. Nous avons aussi parlé de notre politique de soutien aux artistes via le pourcent culturel, et finalement, ils ont dû trouver que nous étions une maison sympa».

Sans compter que, depuis Montreux en... 1964, le groupe n'a plus jamais joué en Suisse romande. Mais cela dit, personne ne se fait d'illusion: les Stones ne viennent ni par sympathie pour la philosophie Migros, ni pour les beaux yeux des Romands.

Alors combien ? C'est ce que Monika Weibel ne dira pas. En août 2006, l'organisateur du concert sur l'aérodrome militaire de Dübendorf parlait d'un budget total de 10 millions de francs. Et le mois dernier, les Stones ont joué en privé pour quelques centaines d'invité de la Deutsche Bank à Barcelone. Pour 6,5 millions, affirment certains médias.

Migros ne dira pas non plus quelles sont les exigences particulières de Jagger et sa bande en termes d'aménagement du backstage. Dans ce domaine, les Stones ont la réputation d'être particulièrement difficiles.

Si l'époque où ils exigeaient caisses de bière et tonneau de tequila est bien révolue, à Dübendorf, on avait converti en palace un hangar pour avions de combat, avec moquette et tentures au plafond, meubles personnels, garde-robe et décoration.

Sans oublier une piste de 50 mètres pour l'échauffement de Sir Mick et une table de billard pour Ron Wood et Keith Richards.

Vous y serez ?

Pour obtenir leur sésame, les heureux élus ont dû, au mois d'avril, collectionner des vignettes dans les magasins Migros (une pour 10 francs d'achats), les coller sur des cartes de concours et attendre le tirage au sort.

De plus, chaque gagnant a dû accepter que sa carte de fidélité Cumulus doit délestée de 6000 points.

Ces conditions particulières avaient en son temps fâché la Commission intercantonale des loteries. Pour elle, le concours de Migros, pas totalement gratuit, était en fait une loterie qui ne disait pas son nom. Mais au final, Migros avait évité le dépôt de plainte.

Et la valeur du ticket ? Formellement, chaque gagnant en ayant reçu deux, elle est de 3000 points Cumulus, soit 30 francs. Mais ceux qui essayent de les revendre sur Internet aimeraient bien en tirer beaucoup plus.

A quelques jours du concert, certains n'hésitaient pas à les proposer à 600 francs. Mais plus la date approche, plus les prix baissent. Comme cela est la cas lorsque l'offre est plus abondante que la demande...

C'est rassurant pour l'équité, pas pour les Stones. Finiront-ils en articles M-Budget, du nom de la ligne à bas prix du géant orange ?

swissinfo, Marc-André Miserez

A Bigger Bang

Entamée à l'automne 2005, la tournée 'A Bigger Bang' des Rolling Stones est la plus lucrative de l'histoire du rock. A fin 2006, elle a déjà rapporté 437 millions de dollars US, un chiffre que les dates supplémentaires ajoutées en 2007 devraient faire grimper à 500 millions.

Le 5 août 2006, la tournée a déjà fait halte en Suisse, sur l'aérodrome militaire de Dübendorf: 68'000 spectateurs, le plus gros concert jamais vu en Suisse.

Ce samedi 11 août, le groupe est de retour au Stade de la Pontaise à Lausanne: 42'000 spectateurs pour le plus gros concert jamais vu en Suisse romande.

La caravane des Stones, ce sont 80 semi-remorques (contre 50 «seulement» pour Genesis ou Johnny Hallyday), 1560 tonnes de matériel et trois semaines de montage-démontage, correspondant à 1500 journées de travail.

A elle seule, la scène (62 mètres de long sur 25 de large et 26 de haut) nécessite trois grues de plusieurs dizaines de tonnes. La tournée fonctionne avec trois plateaux, dont l'un est systématiquement en cours de montage, l'autre en démontage et le troisième en exploitation.

Le jour du concert, 900 employés environ seront à pied d'œuvre, dont trois médecins et 20 secouristes.

Fin de l'infobox


Liens

×