Navigation

Swiss Made

Petites entreprises et grandes innovations: les start-up suisses

Bracelets capables de mesurer la pression artérielle en continu, wifi sous-marin pour télécommander des drones, élevage de mouches qui éliminent les déchets organiques, panneaux photovoltaïques à très haut rendement: la créativité des start-up suisses ne connaît pas de limites et leurs innovations rencontrent un grand succès dans le monde. 

Ce contenu a été publié le 10 mars 2021 - 12:06
Skizzomat (illustration)

La Suisse figure depuis plus de dix ans au premier rang du Global Innovation IndexLien externe, l’indice mondial des pays les plus innovants publié par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. 

Jusqu’à présent, les ressources pour la recherche et le développement de produits d’avant-garde étaient concentrées auprès de grandes entreprises transnationales – comme Nestlé, Novartis, Roche, ABB, Givaudan ou Swatch – et des entreprises de dimension moyenne qui ont réussi à occuper des marchés de niche importants à l’échelle mondiale.  

Depuis quelques années, l’innovation commence toutefois à fleurir aussi dans le secteur des start-up, ces petites entreprises qui se caractérisent par un fort esprit d’innovation et un grand potentiel de croissance. Toujours plus de jeunes suivent cette voie pour développer et commercialiser le fruit de leurs recherches scientifiques et de leur ingéniosité technologique.

Malgré leur succès, les start-up suisses restent encore peu soutenues par le monde politique. La députée zurichoise Judith Bellaiche a formé un groupe parlementaire pour promouvoir les start-up et les PME. 

Par ailleurs, lancer une start-up reste encore largement une affaire d'hommes. Les stérétoypes restent tenaces et les femmes rencontrent davantage de difficultés à gagner la confiance des investisseurs.

Il se crée aujourd'hui environ 300 start-up par an, alors qu’on n’en comptait encore que quelques petites dizaines durant la première décennie de ce millénaire. Les capitaux investis dans les start-up ont triplé en l’espace de quelques années; ils ont pour la première fois dépassé le seuil du milliard de francs en 2018, puis de deux milliards en 2019 et 2020.

Contenu externe

En 2019, la Suisse figurait au cinquième rang des pays européens dans lesquels on investit le plus dans les start-up, derrière la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et la Suède. La crise provoquée par le coronavirus a toutefois créé une grande incertitude chez de nombreux investisseurs. 

La plupart des start-up ne gagnent pas d’argent au cours de leurs premières années d’existence et financent leurs activités avec les fonds et les prêts qu’elles ont pu obtenir. Le gouvernement suisse a ainsi octroyé 359 crédits pour un montant de 98,7 millions de francs afin de venir en aide aux start-up qui rencontrent des problèmes de liquidités en raison de la crise sanitaire. 

Les grandes écoles comme pôles d'attraction

Plus de la moitié de ces entreprises innovantes sont nées dans les régions de Zurich et de l’arc lémanique, où la présence des deux Écoles polytechniques fédérales joue un rôle fondamental dans la recherche et le développement d'applications scientifiques et technologiques futuristes. 

De nombreuses jeunes entreprises profitent des connaissances de pointe acquises dans les grands pôles d'innovation suisses, tels que l'industrie pharmaceutique, la microtechnique ou les services financiers. Dans le même temps, les start-up contribuent à une régénération de ces filières traditionnelles en leur offrant des débouchés sur de nouveaux marchés, par exemple en biotechnologie, medtech ou cleantech. 

Il n'est donc pas étonnant que de nombreuses jeunes sociétés fintech aient vu le jour aux côtés de banques au bénéfice d’une histoire centenaire et que de nouvelles solutions de microtechnologie émergent à proximité de l’industrie horlogère traditionnelle. 

Contenu externe

Mais comment se présente le monde des start-up suisses? Nous avons brossé le portrait de quelques jeunes entreprises qui se sont établies ces dernières années avec des produits prometteurs. 

Technologies médicales: L'entreprise neuchâteloise Aktiia a développé le premier bracelet intelligent capable de mesurer la pression artérielle en continu. Une innovation qui place la Suisse à l'avant-garde d'un marché très convoité par les géants américains et asiatiques de la tech. 

Drones: La société Hydromea a créé le premier réseau de liaison wifi sous-marin. Le modem utilise des faisceaux lumineux pour transmettre des données et guider à distance les robots sans câbles.

Agroalimentaire: La start-up tessinoise TicInsect utilise les larves de la mouche soldat pour éliminer les déchets organiques et produire, dans le même temps, de la nourriture pour animaux, des biocarburants et des engrais sans gaspiller de matières premières. 

Technologies propres: L'Union européenne pourrait s'appuyer sur Insolight pour relancer la production de panneaux solaires en Europe. L'entreprise vaudoise a développé une technologie photovoltaïque à très haut rendement qui ouvre de nouvelles perspectives face à la concurrence venue d'Asie. 

Toujours dans le domaine des innovations durables, Bloom Biorenewables a développé une technologie qui permet d'exploiter la biomasse et d'en faire une alternative au pétrole dans les matériaux.

Une avancée qui illustre le potentiel que représentent les technologies à même de diminuer l'empreinte plastique. Une entreprise fondée par deux Suisses célèbres a décidé de transformer ce pollueur indésirable en maisons hi-tech. 

Technologies de l'information: ID Quantique a créé le téléphone portable le plus sûr du monde en utilisant les principes de la mécanique quantique. Un système de cryptage infaillible adopté par Samsung. 

Finance: Grâce à leurs frais réduits et des solutions innovantes, les banques numériques ont le vent en poupe. La start-up zurichoise Neon a ainsi pris pied sur le marché bancaire helvétique sans ouvrir ni filiales ni guichets. 

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.