Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les Suisses de France se mobilisent pour la «Revue suisse»

Le 50e Congrès de l'UASF a réuni près de 200 personnes à Tours.

(swissinfo.ch)

Réunie à Tours pour son 50e Congrès, l'Union des Associations suisses de France (UASF) a appris que l'édition imprimée du journal de la 5e Suisse était visée par des économies.

Samedi, les délégués ont adopté une résolution destinée à la ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey. Le représentant de celle-ci a invoqué, en levant les bras au ciel, la pression croissante des finances fédérales.

«Supprimer la 'Revue suisse' serait un lâchage, une atteinte aux liens de la Suisse avec sa diaspora!» Tant le président de l'UASF Serge Lemeslif que celui de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) Jacques-Simon Eggly n'ont pas mâché leurs mots devant une assemblée gonflée à bloc.

Pour l'instant, c'est une simple piste et il n'existe pas encore de plan précis, mais on parle de limiter, voire de supprimer, l'impression au profit d'un renforcement de l'édition sur Internet. Ou de rendre l'abonnement obligatoire, plutôt que de continuer d'envoyer le journal à chaque personne immatriculée dans les représentations suisses dans le monde.

Un droit non négociable

Jean-Paul Aeschlimann, délégué au Conseil des Suisses de l'étranger, admet que ce journal coûte un franc par numéro et par personne et que cela est cher.

«C'est vrai que nous pouvons peut-être limiter le nombre des pages régionales et les publier en ligne. Mais le droit de chaque Suisse expatrié à la 'Revue' n'est pas négociable!» a-t-il lancé, dans un tonnerre d'applaudissements.

«Je n'ai pas internet et j'ai donc absolument besoin de ce journal car c'est le seul moyen qui me permet de me forger une opinion lorsque je dois voter», a dit cette déléguées de l'UASF. «Nous devons écrire à la cheffe du Département des Affaires étrangères (DFAE) pour lui dire notre inquiétude», a lancé cet autre.

Comme par magie, un projet de résolution surgit, rappelant que le journal est «un instrument indispensable pour les expatriés» et que «la suppression de l'expédition systématique à tous les immatriculés créerait une injustice, notamment chez les plus âgés et les plus démunis».

Situation inconfortable pour l'ambassadeur Markus Börlin, chef de Service des Suisses de l'étranger du DFAE et représentant envoyé par Mme Calmy-Rey à Tours.

Tout en se disant convaincu que la «Revue» est un instrument qui facilite l'exercice des droits civiques à l'étranger, il n'a pu que rappeler que «la pression des impératifs imposés par les restrictions budgétaires ne fait qu'augmenter».

La «Revue» imprimée coûtant dans les 3 millions de francs par an, il s'agit donc d'«optimiser» l'envoi du matériel de vote aux personnes immatriculées, parallèlement au développement de l'édition électronique du journal et du vote par Internet sur lequel travaille activement le DFAE.

Entretiens en vue

L'ambassadeur a ensuite expliqué que son département était dans une position d'autant plus difficile que la Suisse s'est engagée à augmenter la coopération au développement (environ 70% du budget total du DFAE) de 3,3% par an d'ici à 2015.

Un autre délégué a rappelé qu'en 2005 déjà, lors du congrès de l'OSE à Interlaken, il avait fallu voter pour soutenir swissinfo. «Comme celui qui a dit 'pas d'argent, pas de Suisses', je ne veux pas qu'on dise 'pas de Suisse, plus de Revue', a-t-il lâché dans les rires.

L'OSE – éditeur du bimestriel – a bien l'intention de s'entretenir avec la cheffe du DFAE de ce sujet et de quelques autres. Jacques-Simon Eggly a annoncé qu'il devait rencontrer Micheline Calmy-Rey d'ici juin et qu'il songeait également à contacter Pascal Couchepin et Hans-Rudolf Merz, ministres respectifs de l'Intérieur et des Finances.

Soucis pour swissinfo aussi

De son côté, swissinfo partage ces soucis. L'année dernière, le site Internet de SSR SRG idée suisse pour les Suisses de l'étranger a été sauvé d'un nouveau démantèlement par le Parlement et l'OSE.

Et voilà qu'il y a quelques semaines, le gouvernement publiait un programme global de nouvelles propositions de restrictions budgétaires... dont une visant la subvention à swissinfo.

«Nous continuerons de défendre swissinfo comme nous l'avons déjà fait», a promis Jacques-Simon Eggly.

Car comme l'a encore indiqué Markus Börlin, rien ne dit que le DFAE ne sera pas obligé de prendre d'autres mesures encore à moyen terme. Comme, qui sait, la fermeture de nouveaux consulats (celui de Bordeaux est en train de fermer ses portes malgré la mobilisation de l'UASF) ou de nouvelles restrictions budgétaires aux écoles suisses à l'étranger...

swissinfo, Isabelle Eichenberger à Tours

En bref

En 2007, un Suisse sur dix vivait à l'étranger, soit plus de 668'000 personnes immatriculées, dont 176'723 en France (146'713 binationaux). 160'000 Français vivent en Suisse.

Fondée en 1916 par la Nouvelle Société helvétique de Gonzague de Reynold, l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) a son siège à Berne et réunit plus de 750 associations et institutions suisses à l'étranger.

Créée en 1958, l'Union des Associations suisses de France (UASF) rassemble aujourd'hui entre 85 et 90 organisations.

Fin de l'infobox

Faits

A l'occasion de ses 30 ans, l'Amicale Helvétique Tourangelle (AHT) accueille le 50e congrès de l'UASF à Tours, du 25 au 28 avril 2008, soit près de 200 personnes.

Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, la Touraine, dans la quiétude des bords de la Loire et la majesté de ses châteaux, constitue un cadre de choix pour ce demi-siècle.

Le 51e Congrès de l'UASF se tiendra les 25-26 avril à Roanne.

Fin de l'infobox

Revue Suisse

La Revue Suisse, le magazine des Suissesses et des Suisses de l'étranger, paraît en allemand, français, anglais et espagnol en 360'000 exemplaires au total.

Il existe une publication analogue en italien. Celle-ci a pour titre: «Gazzetta svizzera».

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×