Les USA demandent aussi l'aide de la Suisse

Environ un million d'Américains n'ont plus de toit à l'heure actuelle et dépendent des secouristes. Keystone

L'ambassade des Etats-Unis à Berne a fait parvenir à la Confédération une liste de matériel utile dont les USA ont besoin après le passage de l'ouragan Katrina.

Ce contenu a été publié le 04 septembre 2005 - 18:35

De son côté, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a ouvert un site internet afin d'aider à la réunion des familles.

La Suisse va répondre positivement à la requête américaine, a d'ores et déjà annoncé Lars Knuchel, porte-parole du le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Des spécialistes de la Direction du développement et de la coopération (DDC) et du Département fédéral de la défense (DDPS) vont définir quel matériel sera livré et dans quels délais.

Dans une lettre à l'ambassadrice à Berne, Pamela Willeford, la ministre suisse Micheline Calmy-Rey avait proposé d'apporter une aide d'urgence, une assistance à la reconstruction et une contribution à la prévention de nouvelles catastrophes.

Le DFAE s'est refusé à préciser le matériel demandé. Son porte-parole a toutefois indiqué que la DDC était en contact avec d'autres pays à qui Washington a envoyé une liste semblable, afin de mieux coordonner l'aide.

Les Etats-Unis ont en effet également appelé à l'aide l'Union européenne et l'Otan qui devraient envoyer une assistance médicale et logistique dès dimanche soir ou lundi.

C'est la première fois que les USA sont obligés de demander un tel soutien pour faire face aux conséquences d'une catastrophe naturelle.

Un bilan toujours plus lourd

Sur place, le bilan des victimes de l'ouragan et de ses suites ne cesse de s'alourdir. Il devrait être de plusieurs milliers de morts, a estimé dimanche le secrétaire américain à la Santé et aux Services humains Michael Leavitt.

C'est la première fois depuis le drame qu'un responsable fédéral reconnaît ce que les autorités locales, notamment de Louisiane, disent craindre depuis plusieurs jours.

De son côté, le DFAE n'a toujours pas connaissance d'éventuelles victimes suisses. Environ 600 Suisses sont établis dans les Etats de Louisiane, Mississipi et Alabama, pour la plupart des double-nationaux. Personne ne sait si des touristes suisses se trouvent dans les régions dévastées par le cyclone.

A La Nouvelle-Orléans, 149 Helvètes sont annoncés comme résidents. Jusqu'à présent, le DFAE a reçu très peu de demandes de recherche de parents. C'est peut-être l'indice que la plupart des Suisses ont quitté la ville à temps.

Un site spécial du CICR

Par ailleurs, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) basé à Genève – normalement actif lors de conflits armés - a décidé de créer une page Web spéciale pour les familles affectées par la catastrophe naturelle et à la recherche de proches.

Ce site Internet spécial s'adresse aux personnes cherchant à rétablir le contact avec des membres de leur famille et des amis. Le but étant bien évidemment de réunir les familles dispersées. Un tel site avait déjà été mis en place après le tsunami de décembre 2004 en Asie.

«Les personnes de la zone sinistrée peuvent s'enregistrer sur la page Web pour faire savoir à leurs proches qu'elles sont saines et sauves et leur communiquer les coordonnées de l'endroit où elles se trouvent actuellement», précise un communiqué du CICR.

Les personnes qui recherchent des parents et des amis dans cette zone sinistrée peuvent consulter la liste des personnes enregistrées, mais également inscrire le nom des proches qu'elles recherchent pour les encourager à se manifester.

A noter que cette opération se fait en étroite collaboration avec la Croix-Rouge américaine. Dimanche, des dizaines de milliers de noms figuraient déjà sur le site.

swissinfo et les agences

Faits

L'ouragan Katrina s'est déchaîné sur une surface de 233'000 kilomètres carrés.
Sur les 1,6 millions d'habitants de la Nouvelle-Orléans, 60'000 n'ont pas pu partir avant l'arrivée du cyclone.
Plus d'un million de personnes sont aujourd'hui sans-abris. Environ 350 000 maisons ont été détruites.

End of insertion

En bref

- Plus de cinquante pays ont offert leur aide aux Etats-Unis, dont la Suisse.

- Le CICR, dont le siège est à Genève, a mis en place un site spécial pour tenter de permettre aux familles séparées par la catastrophe de se retrouver.

- La Chaîne du Bonheur a renoncé à faire une collecte pour les USA. Les Suisses désireux de faire un don pour les victimes de cette catastrophe peuvent le faire via la Croix-Rouge suisse.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article