Les ventes de Swisscom disent merci à debitel

Swisscom peut se targuer d´un endettement quasiment nul. Keystone

Souffrant de la petitesse du marché suisse, les ventes de Swisscom stagnent, progressant de 0,4%, à 7,154 milliards de francs.

Ce contenu a été publié le 20 août 2003 - 12:14

Le bénéfice net de l’opérateur historique progresse en revanche de 22,1% à 952 millions de francs au premier semestre 2003.

«De manière générale, nous sommes satisfaits de ces résultats», a indiqué le patron du géant bleu, Jens Alder, mercredi lors d´une conférence de presse téléphonique.

Le résultat d´exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s´est monté à 1,465 milliard de francs, en hausse de 14,4% par rapport à la même période de l´exercice précédent. Le résultat avant intérêts, impôts, amortissements et dépréciations (EBITDA) a progressé de 7,2% à 2,431 milliards de francs.

Swisscom a par contre accusé un chiffre d´affaires en baisse sur le marché suisse. Ce recul a toutefois été compensé par l´augmentation de celui de debitel, compagnie allemande de téléphonie mobile et propriété du groupe suisse.

A la rescousse

Les ventes de la filiale allemande se sont améliorées de 13,5% par rapport à l’an dernier. Corrigée des effets du taux de change, cette hausse correspond à une croissance de 11,1%.

En revanche, Fixnet (téléphonie fixe) et Enterprise Solutions ont enregistré un recul de leur chiffre d´affaires, respectivement de 7,0% et de 8,5%.

Par rapport à l´année précédente, le segment Mobile a vu son chiffre d´affaires augmenter de 1,8% à 1,676 milliard. Cette croissance résulte essentiellement de l´augmentation nette du nombre de clients, en hausse de 187'000 pour un total de 3'675'000.

Téléphonie mobile saturée

«Mais le marché est saturé et la concurrence est très forte», a tempéré Jens Alder. Le nombre moyen de minutes facturées par client (AMPU) et le chiffre d´affaires moyen par client (ARPU) ont ainsi diminué par rapport à 2002.

Le recul de l´ARPU s´explique surtout par la guerre des prix et par les changements d´abonnement de la clientèle privée.

L´opérateur historique a pu réduire ses coûts de 140 millions de francs. Pour l´ensemble de l´exercice en cours, Swisscom table sur un léger recul des ventes par rapport au niveau de 2002, qui s´élevaient à 14,4 milliards de francs.

Rachat d´actions envisagé

Swisscom peut toujours se targuer d´un endettement quasiment nul. Il atteignait 125 millions de francs à fin juin 2003. Au niveau de ses effectifs, ils ont diminué de 6,3% à 19'855 personnes, dont 16'512 en Suisse.

Un courant que la hausse du bénéfice ne freinera pas. «En tant qu’opérateur historique, constamment sanctionné par le régulateur, nous sommes obligés de comprimer nos coûts pour rester compétitifs», rappelle le patron de Swisscom.

En dépit de la hausse des ventes, les perspectives de croissance restent modérées pour Swisscom, qui n´a toujours pas trouvé la perle rare à acquérir à l´étranger.

Les options restent ouvertes

La reprise de Telekom Austria reste une option, mais l´opérateur examine toujours d´autres pistes. «Je ne peux pas vous donner de noms», tient encore à préciser Jens Alder.

Si Swisscom devait procéder à «une grosse acquisition» cette année, le groupe envisage un nouveau programme de rachat d´actions.

swissinfo et les agences

En bref

- Au premier semestre 2003, le chiffre d’affaires de Swisscom a progressé de 0,4%, à 7,154 milliards de francs, contre 7,129 milliards un an plus tôt.

- Dans le même temps, le bénéfice net de l’opérateur téléphonique est passé de 780 à 952 millions de francs, soit une hausse de 22,1%.

- Le groupe entend poursuivre sa restructuration de façon à rester compétitif et ne prévoit pas de modification de son plan de licenciements.

- Par ailleurs, le rachat de Telekom Austria reste une option pour le groupe suisse qui n’exclut pas pour autant d’autres acquisitions.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article