Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les vertus curatives de la Coupe Spengler

A Davos, les Pères Noël sont aussi dans les gradins.

(Keystone)

De Noël à Nouvel-An, le prestigieux tournoi de Davos offre une bouffée d’oxygène bienvenue à une saison bien remplie.

Aux côtés du HC Davos et du Team Canada, Jokerit Helsinki, Lokomotiv Jaroslavl et Krefeld ont été conviés au Stade de Glace.

Personne n’aurait la mauvaise idée de changer une formule qui gagne. Comme chaque hiver, le hockey s’auto-célèbre dans les montagnes grisonnes à l’occasion de la Coupe Spengler, le rendez-vous national et international où le petit monde du puck se retrouve durant six jours à Davos.

Le rituel est respecté pour le 77e hiver et offre une bouffée d’oxygène bienvenue à une saison bien remplie.

A l’affiche du Stade de Glace pour quelques jours: les incontournables HC Davos et Team Canada, vainqueurs à eux deux des trois dernières éditions. Plus trois nouvelles équipes de premier plan: les champions d’Allemagne (Krefeld) et de Russie (Lokomotiv Jaroslavl) ainsi que les Finlandais de Jokerit Helsinki, champions d’Europe en titre.

«Une énergie euphorique se dégage de ce tournoi, relève Lars Weibel, le gardien du HC Davos. Les amateurs viennent pour s’amuser et pour assister à du beau spectacle.» Un avis unanimement partagé au sein du Team Canada, tenant du titre. «Dès le mois d’octobre, nous nous réjouissons d’y participer, nous essayons alors de gagner notre place au sein de notre sélection», explique Jamie Heward, le défenseur des ZSC Lions qui avait brandi le trophée du vainqueur voici douze mois.

Une période de répit

La Coupe Spengler possède ses propres vertus curatives. Assez fortes pour balayer toutes les tempêtes possibles. En 2002, le plus gros scandale de l’histoire du hockey suisse (démission du président de la Ligue Werner Kohler pour avoir touché un million de francs de pot-de-vin) n’avait pas suffi à porter ombrage au tournoi.

Et cette année, les graves soucis administratifs et financiers du HC Davos connaissent un répit jusqu’à la Saint-Sylvestre. Pour le club grison, le décor a en effet bien changé.

Voici douze mois, c'est en champion suisse et tenant de la Coupe Spengler que le HC Davos se présentait sur la ligne de départ. Et c'est en équipe tourmentée qui se débat dans des méandres financiers que le fleuron grison dispute aujourd'hui son fameux tournoi.

En quelques mois, le conseil d'administration du club et le comité d'organisation du tournoi ont fait peau neuve. En raison d'une crise lancinante et d'un trou de 1,5 million de francs déclaré cet été. En raison aussi du départ annoncé de plusieurs pions essentiels, dont Lonny Bohonos et Patrick Fischer (partis à Zurich et Zoug) et ceux annoncés des internationaux Lars Weibel, Thierry Paterlini et Björn Christen.

«Le déficit en termes d'image est certainement aussi important que sur le point financier», souligne Fredi Pargätzi, rappelé en catastrophe à la tête d’un tournoi qu’il avait déjà dirigé de 1990 à 2000.

swissinfo/Jonathan Hirsch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.