Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les voix de l'amour brisé

Médée tendance disco.

(Carole Parodi)

A la Comédie de Genève, Isabelle Pousseur crée «Et votre fumée montera vers le ciel».

Sous ce titre, la metteuse en scène belge réunit une pièce de Heiner Müller et un roman de Imré Kertesz. Décevant.

Il y a deux saisons, Isabelle Pousseur montait à la Comédie de Genève «Quai Ouest» de Bernard Marie Koltès. Invitée par la directrice des lieux, la metteuse en scène belge revient cette année pour y créer son nouveau spectacle: «Et votre fumée montera vers le ciel».

Sous ce titre, Pousseur rassemble deux textes de deux auteurs importants. Son but? Les «mettre en dialogue». Soit donc «Matériau-Médée», courte pièce de l'Allemand Heiner Müller, et «Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas», roman de l'écrivain hongrois Imré Kertesz, prix Nobel de littérature 2002.

Médée disco

Sur le papier, son projet est intéressant. Sur scène, c'est un gâchis; autant le dire d'entrée de jeu.

Il y a, donc, pour commencer la mère infanticide, cette Médée que visitèrent Euripide, Sénèque, Corneille. Et que revisite Heiner Müller dans un texte lapidaire, sacrant d'autant un désastre que nous semblions assurés de ne plus en partager l'époque.

Médée, figure mythique et antique, tue ses enfants pour se venger de son époux infidèle et lui infliger ainsi la suprême souffrance. On croyait cette figure définitivement enterrée. Qui penserait aujourd'hui à châtier un mari déloyal quand les trahisons conjugales deviennent presque un must?

Mais voilà que sur les décombres du crime, Müller recueille le dernier soupir de l'amour trahi traquant la violence inévitable de toute relation passionnelle.

A cette violence, lancinante comme une douleur, se substitue sur scène un rictus carnavalesque auquel se livrent sept comédiennes dans le rôle de Médée.

D'abord Erinyes hystériques, elles s'indignent d'être dépouillées de leurs honneurs, avant de s'éclater sur une musique disco. Et de se libérer ainsi de leurs rancœurs comprimées sous leurs jupettes de midinettes.

Entre temps, elles auront fait un petit détour par l'Afghanistan pour plaider la cause des femmes en burka.

Le «monument» de Heiner Müller s'écroule ainsi sous le mélange composite d'images, de sons, de corps exposés... Le tout parasitant copieusement le propos de l'auteur.

«Kaddish» gras

Hélas, «Kaddish» de Imré Kertesz est tout aussi décevant. Il s'agit là du récit d'un homme qui, ayant connu Auschwitz, refuse de devenir père. Et croit, du coup, délivrer «l'enfant qui ne naîtra pas» de toute horreur future.

Ecrit sous forme de monologue intérieur, «Kaddish» est interprété par le comédien Paul Camus qui dépose sur les mots de l'écrivain une bonne couche de gras. Ce gras de la sentimentalité que n'appelle absolument pas la voix de Kertesz, venue du tréfonds de l'expérience humaine.

swissinfo/Ghania Adamo

«Et votre fumée montera vers le ciel». Comédie de Genève; jusqu'au 8 février. Tel: 022/320 50 01


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.