Les voyagistes victimes de l'insécurité

Mauvaise passe pour Kuoni et l'ensemble des voyagistes. Keystone Archive

A l'instar de l'ensemble de la branche, Kuoni présente des résultas négatifs pour le premier semestre 2002.

Ce contenu a été publié le 13 août 2002 - 22:53

Le chiffre d'affaires de l'ensemble de la profession pourrait même baisser de 10% cette année.

Kuoni a plongé dans les chiffres rouges durant les six premiers mois de l'année en cours.

En effet, la perte enregistrée atteint 47,5 millions de francs contre un bénéfice de 2,9 millions au premier semestre 2001.

Le chiffre d'affaires net du premier voyagiste suisse a baissé de 15,8 % à 1,659 milliard de francs. Et en Suisse, ses ventes ont reculé de 8,7 %, à 421 millions de francs.

Toute la branche va souffrir

«Rien d'étonnant à cela», commente Walter Kunz, directeur de la Fédération suisse des agences de voyage. «Toute la branche du voyage a essuyé pas mal de revers ces derniers temps».

Et Walter Kunz de préciser que «les résultats de Kuoni seront probablement meilleurs que ceux de la majorité des voyagistes qui commencent leur année fiscale en novembre».

Autrement dit, Kuoni a déjà intégré les contrecoups des attentats du 11 septembre 2001 dans son précédent exercice. Ce qui n'est pas le cas pour la majorité des acteurs de la branche.

«Il est difficile d'évaluer les pertes de la branche, suite aux attentats du 11 septembre, poursuit Walter Kunz. Mais un climat d'insécurité a lourdement pesé sur les résultats du voyage».

Plus grave encore, ce sentiment d'insécurité a été renforcé par une myriade d'autres déboires.

Comme le crash de l'ancienne compagnie Swissair ou encore les pertes des marchés boursiers.

«On constate notamment que les cadres investissent moins dans leurs loisirs», souligne Walter Kunz.

«Les ventes de voyages de dernière minute sont d'ailleurs à la hausse alors que le créneau était en perte de vitesse ces dernières années».

Pour clore la liste noire, Walter Kunz évoque encore la météo ensoleillée et la Coupe du monde de football.

Mois de juin catastrophique

«Par rapport à l'an dernier, le mois de juin a été particulièrement catastrophique», affirme Walter Kunz. Car, dit-il, la branche du voyage est particulièrement sensible aux influences extérieures.

Walter Kunz se veut toutefois confiant. «Si elle n'est pas confrontée à de nouveaux rebondissements politico-économiques en 2002, la branche pourrait s'en tenir à une perte de 10% de son chiffre d'affaires annuel».

Enfin, précise-t-il, «les trois précédentes années ont été plutôt bonnes et les voyagistes ont pu constituer des provisions pour faire face à la crise».

swissinfo/Vanda Janka

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article