Les Young Boys sur orbite européenne

Boys Erich Haenzi (g) et Johan Berisha des Young-Boys entourent le Servettien Alexandre Frei. Keystone Archive

Le club de la capitale helvétique a retrouvé sa place dans l'élite footbalistique du pays. Il le doit surtout à son entraîneur, Marco Schällibaum.

Ce contenu a été publié le 06 mars 2002 - 14:49

La saison passée, les Young-Boys de Berne évoluaient encore en Ligue nationale B. Aujourd'hui, ils figurent en bonne position dans le tour final pour le titre national.

«Cela fait deux ans que nous travaillons très dur tous les jours, explique l'entraîneur Marco Schällibaum. Les joueurs me suivent sur le chemin que je leur montre».

Le plus jeune entraîneur de LNA

A 40 ans, Marco Schällibaum est le plus jeune entraîneur de Ligue nationale A. Il ne jouit pas moins d'une grande expérience dans le football. Avec 400 matches en LNA et 31 sélections en équipe de Suisse.

En outre, Marco Schällibaum a fait le tour de la Suisse. Il a joué à Grasshopper, Bâle, Lucerne et Servette. Puis, il a entraîné le Stade Nyonnais et fut coach-assistant au FC Bâle.

«J'ai la chance de m'être imprégné à la fois de la mentalité alémanique et latine», sourit l'entraîneur de YB. Et, en tant que Zurichois, Marco Schällibaum a bien été accepté à Berne. «Vous savez, nous confie-t-il, il n'y a qu'une chose qui compte: le travail couronné de succès».

Un coach adepte du spectacle

Mais ce qui est encore plus étonnant, c'est que Marco Schällibaum soit un adepte de l'offensive, du beau jeu avec YB, alors même qu'il était un défenseur, souvent à la limite de la correction. Une certaine presse le surnommait d'ailleurs «Schälliboum»!

«Nous sommes des artistes et je veux que le fruit de notre travail durant la semaine ressorte le week-end, précise Marco Schällibaum. Par ailleurs, je fais tout pour que les supporters et autres spectateurs viennent avec plaisir au stade du Neufeld, puis repartent satisfaits par un match-spectacle».

Et cela paie, puisque Young-Boys a étrillé Sion 4 à 0 pour son premier match du tour final, puis est allé tenir en échec, à Zurich, le champion suisse en titre, Grasshopper: 1 à 1.

Un excellent esprit d'équipe

Incontestablement, Young-Boys progresse à pas de géant. Surtout grâce à une excellente ambiance qui règne au sein de l'équipe depuis deux ans. Autrement dit, depuis l'arrivée de Schällibaum à YB. «Mes joueurs ont du plaisir à évoluer ensemble».

«Mais nous devons aussi notre succès au fait que nous avons moins de pression que d'autres clubs de l'élite suisse. Cela dit, nous sommes conscients que tout peut très vite tourner dans la vie».

Certes, le club bernois ne bénéficie pas d'un gros budget. Mais il en profite intelligemment pour faire jouer les jeunes. C'est un pari sur l'avenir qui semble plaire au chaleureux public du Neufeld. Là-bas, YB joue presque toujours à guichets fermés.

Pas étonnant que Young-Boys ne se soit quasiment jamais incliné à domicile. «Personnellement, note Marco Schällibaum, je m'efforce de visualiser des images positives. Et je prends match après match».

swissinfo/Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article