Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Liban: La Suisse salue la résolution du Conseil de sécurité

Un drapeau libanais flotte encore au milieu des ruines de Beyrouth.

(Keystone)

Berne soutient l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution sur le Liban et appelle toutes les parties au conflit à cesser immédiatement les hostilités.

Le texte mis au point par la France et les Etats-Unis a été adopté à l'unanimité des 15 membres du Conseil vendredi soir à New York.

Berne salue la décision du Conseil de sécurité de porter les effectifs de la Force intérimaire de l'ONU au Liban (FINUL) de 2000 à 15 000 hommes, indique samedi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

«L'adoption de la résolution ne constitue qu'un premier pas», soulignent les services de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey. Le DFAE espère que ce texte créera une base en faveur d'un cessez-le-feu durable. Il appelle toutes les parties à reprendre le dialogue aussi vite que possible.

Une voie diplomatique

Les parties au conflit ont d'ailleurs réagi plutôt positivement à la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU.

La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU pour mettre fin aux hostilités entre Hezbollah et Israël est dans l'intérêt du Liban, a ainsi déclaré samedi le Premier ministre libanais Fouad Siniora.

Le Hezbollah s'est «engagé à cesser tout acte d'hostilité» une fois qu'un accord aura été négocié par les Nations unies, a annoncé samedi le chef du mouvement, Hassan Nasrallah. Il s'exprimait dans un discours diffusé par la télévision Al Manar, organe du Hezbollah.

Enfin, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a lui aussi donné son accord au projet de résolution. Mais Israël a tout de même lancé samedi matin une opération terrestre d'envergure au Liban-sud.

Pas d'envoi de soldats suisses

De son côté, la Suisse va continuer à apporter son soutien financier à la FINUL dans le cadre de ses contributions régulières aux Nations unies. Elle n'envisage pas pour l'heure d'envoyer de soldats dans cette force internationale.

Une telle participation «ne pourra faire l'objet d'un examen concret que lorsque la planification sera terminée et que les conditions et modalités exactes d'un engagement seront connues», souligne le communiqué.

L'engagement de militaires à l'étranger est décidé par le Conseil fédéral et le Parlement en application des dispositions de la loi militaire, rappelle le DFAE.

La Suisse entend poursuivre l'aide humanitaire apportée à la population civile. Elle est également disposée à contribuer à la reconstruction du Liban.

swissinfo et les agences

En bref

Négocié pendant deux semaines par Paris et Washington, la résolution a été votée après un mois d'escalade militaire et de bombardements incessants d'Israël sur le Liban.

Ces violences ont tué plus de 1100 Libanais et fait au moins 106 morts côté israélien.

Vendredi à Genève, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies avait condamné l'offensive israélienne au Liban, malgré le refus de onze Etats et l'abstention de huit autres Etats dont la Suisse.

Fin de l'infobox


Liens

×