Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Lorsque la jupe traditionnelle dérange

Lancer de drapeau: les femmes s'attaquent à un art helvétique ancestral.

(Keystone)

Deux fois, Erika Andenmatten de Saas-Fee a porté des vêtements d'homme afin de participer au cortège et au lancer de drapeau d'une fête fédérale de jodle.

Ce n'est peut-être qu'un début, mais les femmes commencent, elles aussi, à lancer le drapeau rouge à croix blanche.

«Mon Dieu, c'est une femme!»: Erika Andenmatten a encore dans l'oreille l'exclamation horrifiée d'une spectatrice qui assistait au cortège de la fête fédérale des jodleurs.

Il faut dire que comme la lutte suisse, le lancer du drapeau est l'apanage immémorial des Helvètes aux bras noueux.

Sa prestation n'avait en revanche provoqué aucun remous parmi les membres du défilé: 'Comme si cela allait de soi', se souvient la jodleuse valaisanne de 52 ans qui pratique son art en pantalons et gilet, comme ses collègues masculins.

Erika Andenmatten était bien consciente de son audace et de celle de son maître Hansrüedi Zbinden, de Naters: tous deux contrevenaient au règlement.

Le lancer du drapeau suisse ne peut se faire qu'en costume. Les femmes doivent donc porter leur tenue traditionnelle pour s'essayer aux 46 figures qui constituent le répertoire des virtuoses.

Une jupe bien gênante

Chacun a en mémoire l'image d'un homme en costume envoyant un drapeau très haut dans le ciel: une main sur la hanche bien campé sur ses pieds légèrement écartés, l'artiste fait un grand cercle avec son étendard avant de l'expédier dans les airs grâce à une détente des jambes et du torse.

Les lancers en hauteur peuvent être exécutés en jupe. Pour les multiples figures dites basses, c'est plus problématique. Le drapeau doit passer entre ou autour des jambes et la robe entrave le mouvement.

Cette question du costume réglée, les femmes bien formées pourront rivaliser avec les meilleurs compétiteurs, Erika Andenmatten en est persuadée. Elle maîtrise déjà plusieurs exercices comme la 'vague autour de la tête', le 'point de côté' où le 'Pilatus'.

Les statuts de l'Association fédérale des clubs de jodleurs, à laquelle se rattachent les lanceurs de drapeau, ne sont pas le seul obstacle: les femmes intéressées ne se bousculent pas au portillon. Mis à part Erika Andenmatten, seule Erna Fischbacher de Frauenfeld a atteint le niveau requis.

Exercices athlétiques

Il faut dire que jongler avec des drapeaux grands et lourds est très athlétique. Quand les femmes seront officiellement admises à pratiquer cette discipline, Erika Andenmatten espère qu'on leur donnera des drapeaux à leur taille et d'un poids adapté. Elle a déjà eu l'occasion de tester un fanion de ce type.

Le président des clubs de jodleurs Matthias Wüthrich ne veut pas agir dans la précipitation. L'association présentera une solution, mais seulement après avoir fait un état des lieux et analysé la situation de manière approfondie.

Pas de lanceuse sur la scène d'Unspunnen

Il est donc certain qu'aucune lanceuse de drapeau ne se produira officiellement début septembre, lors de la fête d'Unspunnen, qui célèbre costumes traditionnels et bergers depuis 200 ans à Interlaken (BE).

Le comité doit s'en tenir aux règles de l'association, a expliqué Peter Wenger, membre du comité. Il verrait cependant d'un bon oeil que les femmes démontrent leur maestria à l'occasion de cette manifestation.

La prochaine édition de la fête d'Unspunnen n'aura lieu que dans 12 ans. Il y a donc de bonnes chances de voir des lanceuses de drapeau s'y produire officiellement.

swissinfo et les agences

Faits

L'association fédérale des jodleurs compte 25'000 membres et les inscriptions sont en constante augmentation.
La Fête d'Unspunnen se déroulera cette année du 1er au 3 septembre à Interlaken. Il s'agit du bicentenaire de la fête qui a dû être repoussée d'une année après les terribles inondations qui avaient touché l'Oberland bernois l'an dernier.

Fin de l'infobox

En bref

Le lancer de drapeau est, avec le jodle et le cor des alpes, une tradition helvétique ancestrale. Ces trois coutumes sont représentées depuis 1910 au sein de l'association fédérale des clubs de jodleurs.

Ces us et coutumes sont également perpétués à l'étranger par 14 groupes de la Cinquième Suisse et quelques particuliers. Présents en Amérique, en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud, ils sont directement rattachés à l'association fédérale des jodleurs.

Fin de l'infobox


Liens

×