Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Magic MCGee se met au vert à Tramelan

Oscar Camenzind (à droite) passe la ligne juste derrière Fabrizio Guidi.

(Keystone)

A l'issue de la 1e étape du Tour de Romandie, l'Australien MCGee s'empare du maillot vert. La victoire d'étape est revenue à l'Italien Guidi qui a devancé les deux Suisses Camenzind et Aebersold.

Auteur d'un excellent prologue mardi, Bradley MCGee - champion du monde de poursuite par équipe en 1995 - a ravi le maillot de leader du Tour de Romandie à Paolo Salvodelli pour une seconde au terme de la première étape.

«J'avais prévu d'attaquer lors de ces sprints de bonification pour m'emparer du maillot vert. Je suis heureux d'avoir réussi dans mon entreprise, mais je n'envisage aucunement de gagner ce Tour.» Les propos de l'Australien sont sans équivoques.

Longue de 167,5 kilomètres entre Pfaffnau et Tramelan, cette première étape a vu de nombreuses tentatives d'échappée échouer les unes après les autres.

Grands animateurs de cette course et régionaux de l'étape, les deux coureurs du Post Swiss Team, Steve Zampieri et Christian Sidler ont payé sur la fin les efforts consentis tout au long de la journée pour animer les débats.

Finalement, cadenassée par le rythme infernal imposé par la Saeco, l'équipe de Paolo Salvodelli en vert au départ, l'étape s'est terminée par un léger sprint en montée qui semblait devoir sourire à Camenzind.

Malheureusement pour le récent vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, Fabrizio Guidi se trouvait dans un grand jour et lui soufflait les honneurs. L'Italien s'offre là sa seconde victoire de la saison après une étape du Paris-Nice.

«J'ai surtout surveillé les Telekoms et à 500 mètres de l'arrivée j'ai tout tenté sachant que j'avais de bonnes jambes. Je voyais bien que passablement de coureurs n'étaient pas au mieux aujourd'hui», avouait, sourire aux lèvres, Fabrizio Guidi.

Déçu après le prologue de mardi, Oscar Camenzind est passé bien près du succès mercredi. Mais le Schwytzois, 8ème au classement général et meilleur Suisse, n'a pas dit son dernier mot. Il n'est pas le seul.

Mathias Froidevaux, Tramelan


Liens

×