Navigation

Menu minceur pour l'armée

Le programme d'armement 2003 permettra surtout de doter les F/A-18 de nouveaux systèmes d'engins guidés. Keystone Archive

Le programme d'armement 2003 devrait atteindre quelque 400 ou 500 millions de francs. Une telle modestie dans le budget ne devrait toutefois pas durer.

Ce contenu a été publié le 28 juin 2002 - 14:20

Lors de sa séance de jeudi, la direction de l'armée, présidée par le ministre de la défense Samuel Schmid, a décidé de présenter une variante minimale pour l'an prochain. Les acquisitions proposées, indispensables pour le maintien de la force de frappe, seront engagées dans Armée XXI.

Il s'agira notamment de compléter l'équipement des avions F/A-18 et de les doter de nouveaux systèmes d'engins guidés à infrarouge. Le crédit qui sera soumis au Parlement devrait donc être le plus modeste depuis des années. De 1989 à 2001, la moyenne annuelle des s'était élevée à 1,6 milliard de francs.

Le programme d'armement 2002 avait déjà été réduit à 674 millions de francs. Assainissement des finances fédérales oblige, Samuel Schmid avait renoncé à proposer l'achat de chars de grenadiers 2000 supplémentaires.

Crédits plus lourds ensuite

Mais les plans pour 2003 ne devraient pas augurer d'une tendance à long terme. La direction de l'armée a en effet pris acte que «la disponibilité de l'armée exigera au cours des prochaines années des dépenses d'armement beaucoup plus élevées».

Les limites posées au programme d'armement ne permettront pas d'assurer un haut niveau technologique à l'armée, avait déjà averti M. Schmid fin mai. La question de se doter de nouveaux avions de combat devrait se poser dès 2004.

Les hausses devraient toutefois être progressives, a précisé le porte-parole de l'Etat-major général Philippe Zahno.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.