Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Message sur l’armée 2018 La tenue des militaires divise les parlementaires

Deux soldats recharge leurs fusils

La tenue de combat actuelle des militaires a été introduite dans les années 1990 et doit être remplacée. 

(Keystone/Gaetan Bally)

L’armée suisse devrait investir cette année quelque deux milliards de francs. Le Conseil national a accepté jeudi le message sur l’armée 2018. Il prévoit d’équiper les soldats de gilets pare-balles hautement performants et de mettre hors service 27 avions de combat Tiger.

Moderniser certains systèmes des Forces aériennes, compléter l’équipement de la troupe et développer l’infrastructure d’instruction, tels sont les objectifs que devra remplir l’armée avec l’enveloppe de 2,053 milliards approuvée jeudi par le Conseil national (Chambre basse). Une somme restée stable par rapport aux années précédentes, qui sera répartie comme le montre ce graphique.

(swissinfo.ch)

«Comment allez-vous décider quels soldats recevront un gilet de protection et lesquels en seront privés?» 

Yvette Estermann, députée UDC

Fin de la citation

Le Conseil national a donné son aval à la dépense la plus controversée: tous les militaires devraient être équipés d’une nouvelle tenue de combat, coûtant 3000 francs par personne et comprenant un gilet de protection haute sécurité. L’armée dépensera au total 377 millions de francs pour ce nouvel équipement.

Les parlementaires ont vivement débattu autour de l’habillement des soldats. Le Conseil des Etats (Chambre haute) avait mis en doute la nécessité de doter l’effectif entier de l’armée (100'000 militaires) de gilets de protection. Il avait ainsi décidé de diminuer de moitié le crédit dévolu à cet achat.

Pas question pour le Conseil national, qui a refusé de couper dans cette dépense. Ce sont les députés de droite qui ont fait pencher la balance, en soutenant l’achat de l’équipement complet. «Si on réduit la quantité de gilets de protection, comment allez-vous décider quels soldats en recevront un et lesquels en seront privés?», a questionné la députée Yvette Estermann, de l’Union démocratique du Centre (UDC / droite conservatrice). Son collègue de parti Thomas Hurter a accusé les Verts et les socialistes de vouloir un démantèlement de l’armée. 

«L’armée se comporte comme un enfant gâté, qui veut tout et immédiatement»

Carlo Sommaruga, député socialiste

Fin de la citation

La gauche a tenté en vain de s’opposer à une dépense trop importante à ses yeux. «Il n’y pas de scénario qui impliquerait que tous les membres de l’armée, jusqu’au cuisinier, auraient besoin de ces vestes», a martelé la députée socialiste Priska Seiler Graf. «L’armée se comporte comme un enfant gâté, qui veut tout et immédiatement», a renchéri Carlo Sommaruga (PS).

Le nouvel équipement devrait être introduit à partir de 2022 pour une durée d'utilisation de 25 ans.

Les F-5 Tiger à la retraite

Le message sur l’armée prévoit également, pour la première fois, la mise hors service de systèmes d’armes importants. Ainsi, l'armée va se débarrasser de 27 de ses 53 avions de combat F-5 Tiger. Quatre ont été remis à des collections historiques. Les autres sont immobilisés et des acheteurs potentiels ont été trouvés, selon le gouvernement.

Les F-5 Tiger servent depuis plusieurs décennies dans les Forces aériennes suisses, puisqu’ils ont été acquis en 1976 et 1981. Ils ont marqué l'imagerie militaire helvétique.

image gallery about the demise of the tiger fighter jet.

Les 26 appareils restant continueront d’être engagés pour décharger les F/A-18 de tâches annexes. Ces derniers pourront ainsi continuer à assurer la protection de l’espace aérien jusqu’à l’acquisition de nouveaux avions de combat. Pour rappel, après le refus par le peuple en 2014 de l’achat de 22 GripenLien externe, les citoyens devraient à nouveau se prononcer sur le renouvellement de la flotte de jets d’ici 2020.

Le message sur l’armée retourne au Conseil des Etats.

Une réforme de l’armée suisse est en cours

Les acquisitions, investissements et mises hors service prévus s’inscrivent dans le contexte de la mise en œuvre du développement de l’armée (DEVA). Cette réforme des forces armées helvétiques, approuvée en 2016 par le Parlement, a entre autres pour but d’accroître la disponibilité de l’armée. 8000 hommes devront pouvoir être mobilisés dans un délai d’un à trois jours et 35'000 en dix jours, soit une capacité unique en Europe. L’armée suisse dispose de 20 milliards de francs pour les années 2017 à 2020.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.